AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 oh god, toi, ici ?! ♣ Emily.

Aller en bas 
AuteurMessage
Jules B. Leenon

avatar

Masculin Messages : 64
Date d'inscription : 16/06/2010
JUKEBOX : soan - emily
PSEUDO : GOD.
CREDITS : (c) psychozee

HEY SOUL SISTER !
♣ carnet d'adresse
:
♣ j'suis plutôt ...:

MessageSujet: oh god, toi, ici ?! ♣ Emily.   Jeu 17 Juin - 19:06

J'ai un mal de crâne horrible. J'ouvre les yeux et découvre un visage inconnu. Qui est-ce ? Je n'en ai pas la moindre idée et ça ne m'intéresse pas plus que ça. Je suis pas chez moi, je le remarque vite. À l'odeur que la chambre dégage et aux draps dans lesquels je suis. Doucement, ne voulant pas réveiller la demoiselle endormie, je me dirige vers la salle de bain pour prendre une douche. Autant en profiter. L'eau est froide. Je me suis trompé de robinet. Crétin. Je peste contre ma petite personne, un sourire aux lèvres avant de faire couler l'eau chaude. Je profite de ce petit temps de réflexion pour essayer de me souvenir de la veille. J'étais en soirée, avec des amis, jusque là ça va. Mais cette fille, je n'en avais aucun souvenir. Je me souviens avoir voulu boire pour oublier. Parce qu'elle est de retour. Je le sais. J'ai été prévenu par une amie que nous avons en commun qui l'a apperçu. Alors j'ai voulu oublier qu'elle m'avait bousillée et qu'elle était là, tout près de moi. C'est fou de se dire qu'en trois ans, les choses ne changent pas tellement. J'suis sûr que si elle passait la porte de mon appartement, je ne la reconnaitrais même pas, mais que mon coeur lui, ne s'en remettrait pas. Elle devait être une femme maintenant. Bien qu'elle était déjà très jolie et qu'elle faisait assez femme du haut de ses dix-sept ans. J'me secoue la tête, ça sert à rien de penser à ça. Je n'ai qu'à l'éviter soigneusement et si jamais je tombe sur elle, j'agirais en personne civilisé. Nous n'avons plus quinze ans. Je dois me montrer responsable, oui, voilà. C'est ça. J'éteins l'eau après ma toilette et attrape une serviette me promettant de ne plus penser à Emily aujourd'hui.

C'est sans un bruit que je quitte l'appartement de la blondinette qui dormait encore. Sans lui laisser un mot ou quoi, après tout, ça ne sert à rien. J'ai besoin d'un café, juste un café. Et la journée pourra commencer. Heureusement, je n'avais pas cours. Je me retrouve dans un café où j'ai l'habitude de venir. Quasiment chaque matin en fait. Commande mon café et demande s'ils n'auraient pas de l'aspirine à tout hasard. Dieu merci, la serveuse me sourit et me tend une plaquette de comprimé. Je la remercie vivement et avale deux cachets avec de l'eau. Pour vu que ça calme ce maudit mal de tête. Une fois mon café servit, je l'attrape et sort. Il faut beau et il est déjà presque midi. Je peste, je n'aurais pas du me lever si tard. Je décide d'aller me poser dans le parc non loin de là. Histoire de profiter un peu du temps. Je m'assois sur le premier banc qui vient. Ne cherchant pas à faire le difficile. Je pose mon café à côté de moi et me sort une cigarette. Je la glisse entre mes lèvres et l'allume. Profitant de ce qu'elle m'apporte. Je ferme à moitié les yeux, essayant de trouver la paix intérieur. Ouais, ou pas. Je me redresse et boit une gorgée de mon café. L'après midi s'annonce plus qu'ennuyant.

La fin de ma cigarette rencontre le sol et je l'écrase à l'aide de mon pied. Mon Mon téléphone sonne alors, je soupire et réponds. «  Allô ? Papa ? Qu'est-ce que tu veux ? Oui, ça va. Non, je vais pas pouvoir. Parce que j'aime pas diner avec vous. C'est le moment que vous choisissez pour vous lancer des saloperies à la gueule. Ouais... Hm. » Je ne l'écoute plus, non, il ne m'intéresse plus. Mes yeux s'accrochent à quelque chose de bien plus intéressant. Mon coeur loupe un battement, comme dans l'un de ces vieux téléfilms romantiques. J'ai envie de courir vers elle mais je me contente de la regarder. Je crois qu'elle m'a vu, elle aussi. « Papa ? Je te rappelle. » je glisse mon téléphone dans ma poche et me lève. Sans pour autant le premier pas, j'attends simplement de voir si c'est belle et bien elle et si elle se décide à venir me voir. Putain, enfoiré de coeur, cesse de battre comme ça...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emily Franks-Baxter

avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 17/06/2010
JUKEBOX : hey soul sister.
PSEUDO : lemon tree.
CREDITS : maybe tomorrow.

MessageSujet: Re: oh god, toi, ici ?! ♣ Emily.   Ven 18 Juin - 14:38

    J'ouvre les yeux péniblement. Mes paupières sont lourdes et je vois d'ici mes cernes tourner au violet. Le réveil est dur, c'est indéniable. Hier encore, j'avais tout prévu. Je comptais aller le voir dés ce matin, prendre le taureau par les cornes, ne plus attendre. Un projet réduit à néant lorsqu'une amie ayant passé la soirée avec lui m'a appelé hier soir « Emily ? Laisse tomber pour demain matin, il vient de partir avec une blonde. Je pense qu'il ne rentrera pas, désolée. » Je l'avais remerciée, j'avais raccroché, puis j'étais partie noyer mon chagrin dans un verre d'alcool. C'était la première fois. Ma première cuite. Ma jalousie envers lui ne s'était pas diminuée avec le temps, bien au contraire. Ma tête menace d'exploser. Il faut que je sorte, que je prenne l'air, que je me change les idées. Tout pour ne plus penser à lui, je remettrais ma visite chez lui à demain, même si la peur de le trouver en charmante compagnie ne m'aura pas quittée d'ici là. Je me lève et me dirige vers la salle de bain de ma chambre d'hôtel. J'aurais pu choisir d'emménager chez une amie, de la famille, mais non, je préfère amplement me retrouver seul ici, dans un lieu qui n'est pas chez moi, plutôt que de me morfondre auprès des personnes qui m'entourent. Je veux prendre du recul au maximum. Il faut que je tente de me rattraper auprès de Jules, c'est le passage obligatoire, que je reprenne mes études de médecine … si toutefois je suis encore capable de tout ça. Je me déshabille, rentre dans la douche et opte pour une douche froide, je ne me sens pas encore assez réveillée. Le shampoing sent la fraise, je me souviens que c'était le préféré de Jules. Je mets toutes les chances de mon côté, je suis ridicule, croire qu'un shampoing à la fraise pourrait changer quelque chose. Je sors de la douche, passe un coup de brosse dans mes cheveux, enfile des sous-vêtements et une robe à fines bretelles de satin rose pale. De l'anti-cerne, là, je ne peux pas le nier, c'est le passage obligatoire si je ne veux pas qu'on me fasse des réflexions dans le rue le temps que je sois bien réveillée. Je vais aller au parc, c'est décidé. J'enfile donc une grande veste en jean, des ballerines et sort de la chambre après l'avoir fermée à clef. Un petit signe de la main à la réceptionniste, « Bonne journée à vous aussi », et je suis dehors.

    A l'extérieur, dans le parc, la chaleur me prend à la gorge. Ma veste passe donc de mes épaules à mon sac. Je me sens mieux, libérée. C'est agréable, un léger vent s'écrase sur mes jambes, mes épaules, mon cou. Je fais le tour du parc, il faut que je marche un peu. Ca ne pourra que me faire du bien. Je commence alors, mets un de mes pieds devant l'autre. Arrêt sur image. Il est là. Il me regarde. Je ne peux pas rêver, il est là, devant moi. Si, je dois rêver, il n'y a pas d'autre explication. Je ne peux pas le croiser comme ça, tout bêtement, sans avoir rien préparé avant de le voir, sans ne savoir quoi lui dire. Devrais-je aller le voir ? Oui, maintenant qu'il m'a vu, je ne peux pas m'enfuir en courant, je perdrai toute crédibilité si je venais le voir plus tard alors. La mécanique se met en marche, j'y vais. Je ne sais pas si je cours, si j'y vais à reculons, mais j'y vais, c'est sûr. J'arrive à deux mètres de lui, con cœur bat tant bien que mal, mais plus mal que bien. Sans pouvoir me retenir une seconde de plus après ces années sans le voir, je l'enlace, plonge ma tête contre sa veste. Je retiens mes larmes. Il ne réagit pas, je m'en doutais, et ça me rassure même. Je me recule, le regarde en levant un peu la tête, cherche son regard, et lorsque je l'ai enfin, je débite tout, d'un coup, sans réflechir, tout ce que j'ai pu retenir depuis ce jour ou je lui ai brisé le cœur en brisant le mien par la même occasion. « Jules je suis désolée, si tu savais comme je m'en veux, comme j'ai pu ruminer tout ça, pensé à tout ça. Je m'en veux Jules, j'ai fait la plus grosse erreur de toute ma vie, la plus grosse boulette que j'ai faite dans ma putain de vie c'est de t'avoir laissé. Parce que j'avais vraiment peur que tu me quittes, alors je l'ai fait avant que tu le fasses. Je suis conne, vraiment conne ! Mais si tu m'avais couru après si tu avais juste dit que tu voulais que je reste, je serais restée. C'était comme … comme si tu t'en foutais en fait ! Alors je suis partie. Je suis désolée. Et même si je sais que c'est trop tard, je peux te le dire maintenant, parce que j'en ai la certitude, je t'aime Jules. » J'était presque sûre qu'il allait m'envoyer sur les roses, mais il fallait que je rattrape tout, que j'essaie au moins, car c'était alors presque devenu une question de vie ou de mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jules B. Leenon

avatar

Masculin Messages : 64
Date d'inscription : 16/06/2010
JUKEBOX : soan - emily
PSEUDO : GOD.
CREDITS : (c) psychozee

HEY SOUL SISTER !
♣ carnet d'adresse
:
♣ j'suis plutôt ...:

MessageSujet: Re: oh god, toi, ici ?! ♣ Emily.   Mar 22 Juin - 13:47

Trois ans, c'est long. Ça change une vie, ça change les personnes, ça change tout. Et pourtant, il était impossible que je me trompe. C'est elle. Elle est là, s'avance vers moi. C'est une femme maintenant. Loin de ses dix-sept ans. Je la regarde s'approcher, comme on regarde le jour se lever, sans bouger. Je ne sais pas quoi faire. Est-ce que c'est le moment de partir ou pas ? Non, je pourrais pas. Je l'attends depuis trop longtemps. Elle s'arrête à même pas deux mètres de moi. Mon coeur bat tellement fort qu'il me fait mal. Mais de ce mal qui fait tellement de bien. Elle m'enlace et je me fais violence pour ne pas la serrer fort contre moi. Elle plonge sa tête contre ma veste et je ne bouge toujours pas. À moitié incrédule devant ce spectacle. Elle me lâche et ma respiration redevient à peu près normal. J'ai envie de parler, de lui dire tellement de choses. Qu'elle m'a manqué et qu'elle me manque toujours, chaque jour. Que même si j'ai changé, même si je suis devenu cet homme qui se fout pas mal des nanas, elle me manque comme c'est pas permis. Mais je ne dis rien. Mon regard rencontre le sien et j'ai l'impression que mon coeur va exploser. On a toujours peur d'être celui qui aime le plus et lorsque nous étions ensemble, j'étais persuadé d'être celui là, mais ça me dérangeait pas. Non, je l'aimais comme un dingue, j'aurais donné ma vie pour son sourire. Et là, alors qu'elle se retrouve devant moi, qu'elle me regarde de la sorte, je ne sais pas comme réagir. « « Jules je suis désolée, si tu savais comme je m'en veux, comme j'ai pu ruminer tout ça, pensé à tout ça. Je m'en veux Jules, j'ai fait la plus grosse erreur de toute ma vie, la plus grosse boulette que j'ai faite dans ma putain de vie c'est de t'avoir laissé. Parce que j'avais vraiment peur que tu me quittes, alors je l'ai fait avant que tu le fasses. Je suis conne, vraiment conne ! Mais si tu m'avais couru après si tu avais juste dit que tu voulais que je reste, je serais restée. C'était comme … comme si tu t'en foutais en fait ! Alors je suis partie. Je suis désolée. Et même si je sais que c'est trop tard, je peux te le dire maintenant, parce que j'en ai la certitude, je t'aime Jules. » Je l'écoute, sens mon corps frissonner à ces derniers mots. Elle m'aime. J'ai envie de lui dire que je m'en doute bien. Parce qu'avec le recul, j'ai compris qu'elle m'aimait déjà il y a trois ans et que j'en attendais juste peut être trop.

Je respire difficilement, sans le laisser paraitre. C'est peut être trop d'un coup mais je passe une main nerveuse dans mes cheveux. « Emily... » je m'arrête. Qu'est-ce que je vais lui dire ? Que c'est pas grave ? Que j'ai oublié tout ça ? Qu'elle n'est plus la femme de ma vie ? Non, ça serait lui mentir. Je me casse la tête à trouver quelque chose de cohérent, alors je me décide à revenir sur ce qu'elle a dit. « Il t'en aura fallu du temps pour te décider à me le dire. Te rattraper ? Je l'ai imaginé plusieurs fois. J'ai même pensé à venir te chercher à Paris. Mais tu m'as dit que tu ne voulais plus de mon amour. Que je pouvais le reprendre et que j'devais trouver une fille pour moi. Alors, tu vois, j'me suis dit que ça servait à rien que je te cours après, que tu m'enverrais bouler de toute façon. Et je ne l'aurais pas supporté. Alors j'suis resté là, à attendre sagement un coup de fil, jusqu'à ce que je comprenne que tu ne reviendrais pas.. » mon ton est calme et posé. Je quitte ses yeux pour regarder ailleurs. Partout mais ailleurs. Pas ses yeux. Pas elle. Parce qu'elle reste ma plus grande faiblesse. J'ai envie de la prendre contre moi encore. De lui sourire et de gouter à ses lèvres comme avant. Mais j'peux pas. Je suis plus le Jules qu'elle a connu. Elle était comme une religion pour moi, mon horizon rien qu'à moi. Mais maintenant, qu'est-ce qu'elle est ? Une ex. Oui, une ex que j'aime toujours et que j'aimerais sans doute toute ma vie. Aucune fille n'a réussi à prendre sa place. J'ai pourtant essayé. Je couche même avec ma coloc en espérant qu'elle sortira de ma tête mais rien à faire. Et des filles, c'est pas ce qu'il manque ici. Oui, mais y a pas cette fille. Je plonge mon regard une nouvelle fois dans le siens, tente un sourire. « Tu m'as manqué.. » je n'ai pas parlé bien fort, une confession que j'aurais sans doute préféré ne pas faire. Mais je n'arrivais pas à le retenir. Je ne sais pas quoi dire d'autre, ni que faire. Tout est vague et dans ma tête, tout se mélange. Reprendre une histoire avec elle ? Lui dire que je l'aime toujours et que je la veux à mes côtés tous les jours ? Ou lui dire que ça me fait plaisir de la voir et que je serais heureux d'être son ami parce que j'suis adepte des relations courtes maintenant ? Je ne sais pas, je ne sais plus. Et je la hais toujours autant de foutre un bordel pareil dans ma tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: oh god, toi, ici ?! ♣ Emily.   

Revenir en haut Aller en bas
 
oh god, toi, ici ?! ♣ Emily.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cahiers de poèmes, Emily Brontë
» Biographie Emily Bronte
» emily osment
» Emily Young, Le secret de Miss Mole
» EMILY THE STRANGE (Tome 1) de Rob Reger

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FAKE TALES OF SAN FRANCISCO. :: RUSSIAN HILL :: ✔ RUSSIAN HILL OPEN SPACE-
Sauter vers: