AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « and i love you more than i did before » ♥

Aller en bas 
AuteurMessage
E. Liliana Mancini

avatar

Féminin Messages : 179
Date de naissance : 27/11/1995
Date d'inscription : 18/06/2010
Age : 23
JUKEBOX : beautiful people - chrisbrown.
PSEUDO : senseless.
CREDITS : t'a qu'à lire.

HEY SOUL SISTER !
♣ carnet d'adresse
:
♣ j'suis plutôt ...: FUCKED

MessageSujet: « and i love you more than i did before » ♥   Lun 5 Juil - 9:42



HOW COULD I FORGET YOU ?
― lorenzo & liliana.


    Ça faisait déjà trois ans que j'avais rompus avec Lorenzo à cause d'une rumeur qui disait que soit disant il me trompait avec une fille que je haïssais et moi étant naïve j'ai cru ça. Je n'ai rien voulu entendre et j'ai mis fin à notre si belle histoire, maintenant je regrette à un point inimaginable, j'ai tenté à mille reprises de m'excuser, mais il ne répondait jamais quand je l'appelais. J'ai tellement envie de tout recommencer, de n'avoir jamais fait cette grosse erreur, avant nous étions le couple parfait que tout le monde enviait, mais malheureusement c'est devenu de l'histoire ancienne, pourtant je l'aime toujours autant, même plus qu'avant, je sais que pour lui ça serait tout le contraire et puis je suis certaine qu'il m'a déjà oubliée, qu'il est passé à autre chose. Moi je n'y arrive pas, je n'ai pas la force d'avancer sans lui, c'était mon premier amour, celui qu'on n'oublieras jamais. DRIIIIIIING « Hm, conn*** de réveil » Je détestais quand il me sortait de mes rêves ou de mes pensées, même quand je n'ai pas mes cours de photographie je mets toujours mon réveil à sonner pour dix heures, sinon je ferais des grasses matinées bien trop longues, je dors beaucoup. J'ouvris les yeux et je me levais, j'avais un de ses maux de tête atroce, qui vous empêchait de réfléchir. Normalement après un bon cachet et une douche froide ça devrait aller mieux, je l'espère du moins.

    Après avoir avalé le caché contre les maux de tête, je sortis de chez moi pour aller au parc, il était à quinze minutes de chez moi, mais ça me fera certainement du bien de marcher un peu et de prendre l'air, en marchant je regardais autour de moi, à chaque fois que je mettais un pied dehors, j'étais toujours éblouie par la beauté de cette ville. Je vivais ici que depuis deux mois, je ne connaissais pas grand-chose encore et aujourd'hui, j'avais envie de visiter le parc et me reposer, j'ai entendu dire que c'était l'endroit le plus reposant de la ville et avec mon mal de tête, je n'avais pas envie d'aller dans un endroit bruyant. Les raisons pour lesquelles je suis venue ici c'est d'abord pour retrouver ma soeur jumelle Clémentina et pour revoir Lorenzo qui habite ici désormais.

    Une fois arrivée devant le parc, j'admirais l'immense porte, je n'en avais jamais vu d'aussi grande, plantée là, les gens devaient me prendre pour une folle, où ils devaient se demander ce que j'admirais comme ça, la porte n'était pas si magnifique, mais elle était immense, pas plus haut que la tour Eiffel, mais presque. J'avais la confirmation, plusieurs personnes me regardaient d'un air étrange, je pressais le pas vers le parc pour m'éloigner d'eux le plus vite possible.
    C'est vrai que cet endroit était vraiment reposant, personne hurlait, l'air n'était pas pollué, les oiseaux chantaient.. J'aimais cet endroit, je me dirigeais vers un banc qui était devant moi et je m'assois, je n'étais pas seule, mais il n'y avait pas grand monde qui se promenait. Il faut dire que la chaleur était en partie responsable, les gens préféraient rester au frais chez eux, mais ici il ne faisait pas si chaud que ça, les arbres donner de la fraîcheur.

    Tout d'un coup j'aperçus une silhouette qui m'était familière, mais elle était beaucoup trop loin pour que je la distingue, il fallait que j'aille voir c'était qui, j'avais l'impression de connaître cette personne. Je me levais et marchais en direction de la silhouette, je me stoppais net, j'avais vu qui s'était et tout d'un coup des frissons m'envahit sur tout le corps, j'avais chaud, très chaud, si j'aurais pu je lui aurais sauté dessus, il me semble bien que cette personne c'est Lorenzo, je crois, mais je ne suis pas sûre, il est de dos pour l'instant, mais je pourrais le reconnaître entre mille, même de dos et j'aime quand il est de dos, haha. J'attendis que la personne avec laquelle il parlait part pour vérifier si c'était bien lui. Je souffle un bon coup et me dirige vers lui, il était toujours de dos, en train de regarder je ne sais quoi, je lui tapotais le dos avec ma main en demandant « .. C'est bien toi ? Lorenzo ? » J'avais peur pour deux raisons : si ce n'était pas lui et si c'est lui, qu'est-ce que je vais faire ? Qu'est-ce que je vais lui dire ? M'excuser ? Encore, je crois qu'il la compris, mais franchement, je ne sais pas ce que je vais lui dire.


    HJ : Je te l'ai dis, quand je commence c'est nul, je me rattrape au prochain promis (:


Dernière édition par E. Liliana Mancini le Lun 5 Juil - 16:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorenzo S. Bartolzzi

avatar

Féminin Messages : 247
Date de naissance : 03/06/1995
Date d'inscription : 26/06/2010
Age : 23
JUKEBOX : ♣ cee lo green ; FUCK YOU
PSEUDO : ♣ tazer.
CREDITS : ♣ juste à lire (:

HEY SOUL SISTER !
♣ carnet d'adresse
:
♣ j'suis plutôt ...: FUCKER

MessageSujet: Re: « and i love you more than i did before » ♥   Lun 5 Juil - 14:29

» Liliana & Lorenzo ♥
Say you love me more than you did before
And I'm sorry it's this way
But I'm coming home I'll be coming home
And if you ask me I will stay

    Voilà déjà 5 mois que Lorenzo avait déménagé ici à San Francisco. Ça avait été une décision très difficile pour lui puisqu’il devait choisir entre rester en Italie pour peut-être un jour revoir Liliana, son premier amour, ou aller à San Francisco pour peut-être un jour revoir Clémentina. Bref, rien n’était sûr, c’était que de la chance qu’il espérait avoir. Certes il avait dit à ses parents qu’ils devaient partir à San Francisco pour aller faire des études, comme si les universités de l’Italie n’étaient pas assez biens. Toutefois, toute sa famille l’avait cru. Il était donc partie, oui à l’université pour étudier l’informatique, mais il espérait retrouver Clémentina. Elle lui rappelait Liliana, ça lui rappelait les sentiments qu’il avait envers elle, comme s’il avait le droit à un deuxième vrai grand amour et il ne voulait pas la laisser passer elle aussi. Il ne voulait pas laisser passer sa chance d’être à nouveau en couple, ce qu’il croyait tout simplement impossible lorsque Liliana l’avait laissé. Pourquoi elle l’avait laissé ? En fait, ce n’était pas un cas normal. Pas comme tous les couples qui se laissent parce que l’amour n’y est plus, l’amour y était et bien plus fort que tout, mais il paraitrait que leur amour était moins fort qu’une rumeur. C’est à cause de cette rumeur, fausse bien sûr, que Liliana brisa le cœur du jeune homme. À ce moment là, il ne croyait plus en l’amour, en fait il ne croyait plus en rien tout simplement. Encore aujourd’hui, il se pose beaucoup de questions s’il ne cherche pas ce qui n’existe pas. Ça fait 5 mois qu’il est ici, à San Francisco, et encore aucunes traces de Clémentina. Certes il est venu pour la retrouver, puisqu’il l’aime, il le sait, mais il est aussi partie de l’Italie pour ne plus avoir à jamais croisé Liliana même s’il l’aime toujours encore. Il sait très bien qu’elle doit s’être refait une vie, elle doit avoir un nouveau petit copain, elle est tellement parfaite, comment pourrait-elle avoir resté seule tout ce temps ? C’est pourquoi Lorenzo avait choisi San Francisco, soit Clémentina, puisque Liliana se referait sûrement une vie sans lui et il ne voulait pas voir ça. Bien que ça faisait 3 ans qu’ils n’étaient plus ensemble, dans son cœur c’était comme si c’était hier. Il l’aimait toujours, mais il c’était comme créer une haine envers elle. Il l’aimait tant… et la détestait tant. C’était étrange, mais il ne pouvait pas que la détester, elle avait été son premier vrai amour, il ne pouvait tout simplement pas l’oublier. Il y pensait à chaque jour. S’il était resté en Italie, comment ça se serait passé ? Pleins de questions lui tournait dans la tête en ce beau matin ensoleillé. À chaque matin, Lorenzo se réveillait et restait une bonne heure dans son lit à penser tout simplement. Des fois ses pensées tournaient vers les études, des fois vers ses amis ici, des fois vers sa famille en Italie, mais la majorité du temps ses pensées allaient vers Clémentina qui vivait ici mais qu’il n’avait toujours pas revu et d’autre fois vers Liliana qui était toujours en Italie. Il se faisait souvent des scénarios de la vie de Liliana aujourd’hui, comme elle pouvait être. Mais, il n’aimait pas ça, il n’aimait pas penser qu’elle l’avait sûrement oublié. Ça lui brisait le cœur de penser à ça, alors il se levait et tentait de ne plus y penser. C’est ce qu’il fit et se dirigea vers la douche pour penser à autre chose, une bonne douche froide, quoi de mieux pour se changer les idées. Puis, Lorenzo alla manger un petit quelque chose puisque son ventre criait famine. Après avoir mangé et regarder la météo à la télévision qui disait qu’il faisait chaud dehors, il décida d’aller faire du jogging jusqu’au parc. Il adorait courir à San Francisco, bien que ce n’était pas la première fois, il admirait toujours tout ce qu’il voyait. Puis, à mi-chemin vers le parc, Lorenzo décida de mettre son iPod dans ses oreilles. Il était un accro à la musique et ne pouvait jamais passer une heure sans, c’est pourquoi il apportait son iPod partout où il allait. Il trouvait ça des fois relaxant, et des fois défoulant d’écouter de la musique. À l’entrée du parc, Lorenzo rencontra un ami qu’il avait connu lors d’un cours à l’université. Il s’arrêta quelques instants, poliment enleva un de ses deux écouteurs pour pouvoir comprendre ce qu’il disait. Après un bonjour et comment ça va, les deux jeunes hommes se séparèrent. Lorenzo remit son écouteur, puisqu’avec seulement un écouteur, il n’entendait presque pas sa musique puisque le chant des oiseaux couvrait sa musique. Certes, il aimait le chant des oiseaux, mais il préférait tout de même ne pas faire de symphonie musique et chant d’oiseaux. Puis, après avoir laissé partir son ami et avoir remis son deuxième écouteur, Lorenzo s’arrêta pour changer de chansons. C’est à ce moment qu’il sentit une main dans son dos. Pourtant, son ami était partie de l’autre sens, sois en face de lui et cette main qui lui tapotait le dos était derrière lui. Puis, il entendit une voix dire « C'est bien toi ? Lorenzo ? » C’est alors que son souffle s’arrêta et son cœur commença à battre tellement fort qu’on pouvait le voir battre à travers son t-shirt. Il n’avait pas besoin de se retourner, il aurait reconnu cette voix parmi mille autres. C’était celle de Liliana, toutefois il savait que c’était presque impossible. Elle devait être en Italie non ? NON ? Mais, il l’avait si souvent entendu cette belle voix, il y a de ça quelques années. Lorenzo se tourna alors et reconnut très facilement Liliana, elle n’avait pas changé, enfin presque. Elle était toujours aussi belle et aussi fragile qu’elle l’était. Elle était toujours aussi parfaite. À ce moment, tous ses sentiments qu’il ressentait envers Liliana se mélangèrent et il ne savait pas si ses sentiments d’amour qu’il ressentait toujours étaient plus forts de ceux de haine de l’avoir laissé alors qu’il était toujours amoureux d’elle juste à cause d’une rumeur. À ce moment, Lorenzo était le jeune homme le plus fidèle qu’on ne pouvait pas trouver sur Terre, il n’aurait jamais trompé sa petite amie et encore moi Liliana, il l’avait tellement aimé. Il n’était tout simplement incapable de dire quoi que ce soit. Il aurait bien aimé lui parler, pour la première fois depuis leur rupture, de tout ce qu’il avait ressenti lorsqu’elle l’avait quitté. Puis, il prit une grande respiration et la regarda dans les yeux, ses beaux yeux bruns foncés qu’il pouvait avant passé des heures à les regarder sans se tanner. Avant, Lorenzo et Liliana pouvait passer des heures à se regarder, coller et à ne rien dire et à se comprendre. Ils se comprenaient sans paroles. Toutefois, Lorenzo n’avait toujours pas parlé à Liliana depuis très longtemps. Elle avait bien tenté de l’appeler, mais lorsqu’il voyait son nom sur l’afficheur, il ne répondait pas, il préférait ne pas répondre de peur de ce qu’il allait lui dire. Mais aujourd’hui elle était là, devant lui, il ne pouvait donc pas ne pas répondre et faire comme si de rien était. Elle était là devant lui à attendre qu’il lui dise quelque chose et e qu’elle trouva à dire sorti de sa bouche tout seul, sans qu’il n’y pense, parce qu’il aurait pu trouver bien mieux pour leur première rencontre depuis… depuis leur rupture. « Tu sais… tu sais que je ne t’ai jamais trompé, que je n’y ai jamais pensé. Tu sais que je t’aimais, vraiment !?» Certes, il était sûr qu’elle le savait, mais il fallait qu’il lui dise. Il fallait qu’elle le sache de lui et de personne d’autre. Il avait dit ses paroles avec une voix qui allait bientôt se casser. Il se sentait tellement étrange en dedans de lui et il avait de la difficulté à respirer. Puis, une larme, une seule, coula le long de sa joue. Il se sentait comme la journée où elle l’avait quitté, comme s’il le revivait aujourd’hui une deuxième fois. Pourtant, elle ne lui avait rien dit, elle ne lui avait pas dit qu’elle ne l’aimait plus, elle ne lui avait pas dit qu’elle s’était refait une vie bien mieux que lorsqu’elle était avec lui. Elle ne lui avait rien dit et c’est ça qui clochait en dedans de lui. Il aurait bien aimé lui dire tout ce qu’il ressentait envers elle, de l’amour plus que tout, plus que jamais et de la haine de l’avoir abandonné. Mais, il n’en fut tout simplement incapable.


Dernière édition par Lorenzo S. Bartolzzi le Lun 5 Juil - 21:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
E. Liliana Mancini

avatar

Féminin Messages : 179
Date de naissance : 27/11/1995
Date d'inscription : 18/06/2010
Age : 23
JUKEBOX : beautiful people - chrisbrown.
PSEUDO : senseless.
CREDITS : t'a qu'à lire.

HEY SOUL SISTER !
♣ carnet d'adresse
:
♣ j'suis plutôt ...: FUCKED

MessageSujet: Re: « and i love you more than i did before » ♥   Lun 5 Juil - 18:33

    Depuis que je suis ici, a San Francisco, je me demandais si c'était vraiment le bon choix que j'avais fait, j'avais quitté l'Italie, mes racines, dans l'unique but de retrouver deux personnes qui me sont chères, mais est-ce que j'ai fait le bon choix ? Chaque soir, avant de me coucher cette question apparaît dans mon cerveau et je ne peux m'empêcher de culpabiliser, car en Italie, personne ne sait pourquoi je suis partie direction San Francisco, personne, ni ma famille, ni mes amis, sûrement qu'ils m'en veulent, je comprends. Mais je sais que si je leur auraient dis pourquoi, ils auraient tout fait pour me retenir, d'un sens j'aurais dû leur dire, comme ça je ne serais jamais parti, j'aurais essayé d'oublier Lorenzo, essayé d'avoir une nouvelle vie, mais je sais, je sais que c'est totalement impossible, il fallait que j'aille m'expliquer avec lui, il fallait qu'il sache pourquoi je suis venue et surtout il fallait qu'il sache que je ne l'avais pas oublié, que jamais je ne pourrais l'oublier, que je n'ai pas pu faire une nouvelle vie, qu'il était le seul à qui je pensais chaque jour et que je l'aimais toujours. Je ne sais toujours pas, est-ce que devant lui j’arriverais à lui dire tout ça ? Peut être pas.. Ma timidité va peut être prendre le dessus et je ne saurais pas sortir un mot de ma bouche. Chaque jour je me demandais ce qu’il était devenu, si il avait changé, physiquement et aussi mentalement, si il est toujours aussi Fidel qu’avant, si il m’a oublié et refais sa vie.. Chaque jour, je me demandais ce qu'il était devenu, s'il avait changé, physiquement et aussi mentalement, s'il est toujours aussi Fidel qu'avant, s'il m'a oublié et refais sa vie.. Certainement l'amour c'est l'histoire de la vie des femmes, mais c'est un épisode dans la vie des hommes. C’est connu, mais je n’arrivais pas à penser à autre chose, il était le centre de mes pensées, on aurait dit que mon amour pour lui depuis notre rupture c’était renforcé, je l’aime comme je ne l’avais jamais aimé, je l’aime comme personne n’a déjà aimé quelqu’un, c’est juste inimaginable.. Je sais très bien que c’est pour m’éviter qu’il était parti pour San Francisco, pour ne plus jamais avoir à me recroiser, depuis le jour de son départ, je passais mes journées dans l’endroit où on c’était rencontré, je m’étais les écouteurs de mon iPod dans mes oreilles et je passais nos morceaux préférées, en me remémorant comment on c’était rencontré, nos premiers mots, nos dialogues, la plupart du temps des larmes s’échappaient de mes yeux pour ensuite couler sur mes joues, j’aimais cet endroit plus que tout au monde, quand j’y allais, je nous voyais, comme Bella se voit avec Edward quand elle va dans la prairie dans tentation, alors je restais des journées complètes à nous contempler à pleurer sur le passé. C’était l’erreur la plus grave de toute ma vie, quand j’ai connu Lorenzo, je lui ai promis que jamais je n’irais voir ailleurs, que jamais je ne voudrais le perdre, pourtant c’est de ma faute si je l’ai perdu, maintenant il faut que j’assume les conséquences et si j’apprends qu’il est en couple, ça sera ma faute de l’avoir laissé mais j’espère ne pas le voir un jour dans la rue avec une autre fille, ça me fera du mal, ça me brisera le cœur, mais faut que je m’attende à ça, au cas où. Lorenzo je pourrais le reconnaître entre mille personnes, la première fois que je l'ai vu c'était comme s'il brillait, je ne voyais que lui, donc je n'aurais pas de mal pour le retrouver ici, mais ma soeur c'est une autre histoire, je sais à peu près à quoi elle ressemble mais, je ne l'ai jamais vu, peut être je suis déjà passée à côté d'elle sans m'en rendre compte, je ne sais pas.. Penser à tout ça m'a fait venir un gros mal de tête, mais depuis que je suis au parc, à écouter le chant des oiseaux il s'est peu à peu dissiper, je ne le sens presque plus, en baissant ma tête je remarquais que j'avais mon iPod dans ma main et que je ne m'étais pas rendu compte, je mets les écouteurs dans mes oreilles, un dans la gauche, l'autre dans la droite et je l'allumai. Il fallait que je change quelques musiques, parce que pour le moment, il n'y avait que nos musiques, que moi et Lorenzo on se passait quand on était ensemble, car quelques fois on passait des heures à se regarder avec notre musique qui passait, mais on se comprenait, c'est comme si on parlait par la pensée. Ecouter ces musiques me fit une douleur au coeur, c'est comme si on y avait percé un trou béant dans ma poitrine. Me retrouver à San Francisco, la ville où il habite désormais avec ces musiques dans mes oreilles me donnaient envie de pleurer, mais pas devant tout le monde, il fallait que je me retienne. La chanson finie elle laissa place à notre musique qu'on préférait, on les aimait toutes, mes celle-là c'était la première et c'est à ce moment-là, que je vis une silhouette très très familière, je m'approchais de cette silhouette et aperçus que c'était Lorenzo, c'était obligé que ce soit lui, mais je n'étais pas complètement sûre, je m'approchais et lui tapota le dos, en demandant si c'était bien lui. Cette personne se retourna et d'un coup le sol se mis à tourner, c'était bien lui et le revoir depuis trois ans, avec notre musique préférée dans les oreilles ça me fit un choc, comme si j'allais tomber dans les pommes, le moment tant redouté était enfin retrouvé : notre première rencontre depuis notre rupture.. Je mets la musique sur stop et j'enlevais les écouteurs de mes oreilles, en relevant la tête, il me regardait droit dans les yeux et moi aussi d'ailleurs j'adorais ses yeux, ça me rappelait les moments qu'on passait juste à se regarder et sans se parler. D'un sens j'étais contente, déjà de le revoir, mais aussi on allait enfin -j'espère- s'expliquer, parce qu'avant j'essaiais presque toutes les heures de l'appeler pour qu'il sache à quel point je m'étais conduite comme une petite naïve mais, jamais il ne me répondait, j'espérais maintenant avoir les réponses aux questions que je me pose. Je me demandais pourquoi il ne parlait pas, je sais qu'il ne devait pas être heureux de me voir, ici, surtout. J'allais lui demander mais, il me dit « Tu sais... tu sais que je ne t'ai jamais trompé, que je n'y ai jamais pensé. Tu sais que je t'aimais, vraiment !? » Certes je le savais mais, quand j'ai appris cette rumeur, tellement j'étais naïve j'y ai cru et je voulais qu'une chose mettre fin à notre histoire, c'est surtout à cause de la naïveté et la colère que j'ai fais ça et je sais que maintenant plus rien ne pourra changer. D'un coup, j'étais triste, triste de ne pas lui avoir fait confiance auparavant, je savais que c'était le garçon le plus Fidel de la planète, j'aurais dû le croire, maintenant c'est en le regardant, que je vois à quel point il est sincère et je le découvre maintenant, si je l'aurais découverts avant, on serait toujours ensemble aujourd'hui.. C'est à ce moment que j'ai failli craquer et tomber en pleurs, en voyant cette petite larme couler tout le long de sa joue, jamais je ne l'avais vu pleurer, avant il avait toujours le sourire, et ça m'a fait du mal, des larmes coula sans que je m'en rende compte, je baissais ma tête, je n'aimais vraiment pas que quelqu'un me voyait pleurer, je me dépêchais de les essuyer, même si des autres coulaient et ainsi de suite, mais il fallait que je lui réponde et qu'il sache lui aussi ce que j'ai sur le coeur « Oui je sais, mais je l'ai su après, trop longtemps après, tu sais je croyais vraiment à cette rumeur, je suis naîve après tout et ça tu le sais et avec la colère je n'ai pas pensé à tout ça, mais j'aurais dû te croire, je savais pourtant que tu étais Fidel, mais maintenant que c'est fait, je ne peux plus rien faire, à part m'excuser, mais ça n'arrange pas tout, mais moi aussi je t'aimais vraiment et... » Je ne pouvais juste pas lui dire que je l'aimais vraiment pas maintenant, il était trop tôt, j'avais trop peur qu'il m'envoie balader, je ne pouvais pas le dire, je vais plutôt avoir l'air co*** qu'autre chose.. Je lui dirais après, peut être, si ce trou béant se rebouche.. Mais je veux qu'il sache que je l'aime toujours autant, encore plus qu'avant, que je ne pourrais jamais l'oublier, faut juste que je trouve le bon moment pour le lui dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorenzo S. Bartolzzi

avatar

Féminin Messages : 247
Date de naissance : 03/06/1995
Date d'inscription : 26/06/2010
Age : 23
JUKEBOX : ♣ cee lo green ; FUCK YOU
PSEUDO : ♣ tazer.
CREDITS : ♣ juste à lire (:

HEY SOUL SISTER !
♣ carnet d'adresse
:
♣ j'suis plutôt ...: FUCKER

MessageSujet: Re: « and i love you more than i did before » ♥   Lun 5 Juil - 19:18

♥ ♥ ♥
LILIANA & LORENZO

Well I try to live without you, but tears fall from my eyes, I'm alone and I feel empty, God, I'm torn apart inside, I look up at the stars, hoping you're doing the same, and somehow I feel closer, and I can hear you say, I miss you, I need you♥


    Lorenzo n’avait toujours pas réussi à retrouver une respiration normale et son cœur battait beaucoup trop fort, s’en était anormal. Mais, ça ce n’était pas lui qui décidait, c’était son corps qui réagissait comme il le pouvait bien. En lui, c’était comme s’il y avait le méchant et le gentil en lui qui lui disait pleins de choses. Il était déchiré entre être heureux qu’elle soit là, après tout ce n’était sûrement pas un hasard que Liliana soit à San Francisco, l’endroit où il avait décidé de s’échapper. Ce n’était pas un hasard non ?! En fait, il n’en était pas certain, mais il espérait que ce soit ça. Qui pouvait bien savoir pourquoi elle était revenue ? Soit elle voulait s’excuser, mais s’excuser, ce n’est que des paroles et des paroles ça ne vaut rien et surtout ça ne change rien au passé. En fait, rien ne change le passé, ce qui est fait est fait et plus personne ne peut le changer, malheureusement. Lorenzo aurait tout fait, tout donné pour recommencer où ils étaient rendus. Qui sait ce qui aurait pu se passer s’ils étaient restés ensemble en Italie ? Certes il n’aurait peut-être jamais rencontré Clémentina, mais s’il était resté avec Liliana, il n’aurait pas cherché à se refaire une vie, à trouver son âme-sœur. Bref, il préférait ne plus y penser, même si c’était presque impossible d’arrêter de penser. La majorité du monde croit que l’amour c’est pour les filles et pour les gars ce n’est qu’un jeu, un épisode, mais pas pour Lorenzo. Pour lui, c’est important, même si pendant très longtemps il n’y a pas cru. En fait, avant qu’il rencontre Liliana il n’y croyait pas, il croyait que ce n’était que quelque chose qui était inventé pour faire de beaux livres, de belles histoires à inventer, quoi de plus irréel ! Mais lorsqu’il rencontra Liliana, il sut que l’amour existait et que c’était elle l’amour de sa vie. La fille qu’il ne devait pas laisser partir puisqu’elle était comme son âme-sœur, il était fait l’un pour l’autre. Toutefois, l’amour rend aveugle et quand on est aveugle on ne voit pas les coups qui arrivent et c’est ce qui est arrivé. Lorenzo aimerait tellement que tout soit simple, que tout ne soit pas si compliqué. Vous vous souvenez sûrement quand vous êtes enfants, tout est simple. La vie est belle, vous avez des amis et vous passez vos journées à jouer et vous ne pensez pas à des choses compliqués comme l’amour. L’amour, c’est quoi l’amour de toute façon ? Définir le mot amour est tout simplement une mission impossible, c’est un sentiment irréel, un sentiment qu’on ne peut pas mettre en mot mais quand on est en amour on le sait, on le récent. Lorenzo était en amour avec Liliana depuis leur première rencontre, mais elle lui avait brisé le cœur. Il commençait aussi en dedans de lui de tomber amoureux de Clémentina, mais il ne l’avait toujours pas trouvé, donc ses sentiments restaient pareils depuis longtemps. Lorenzo enviait les moments que lui et Liliana avait vécu dans le passé, mais il savait très bien que rien ne pouvait être comme avant maintenant, il savait qu’il était marqué pour toujours, marqué par un poignard qui avait déchiré son cœur. Cette blessure n’était peut-être pas si récente, mais pour lui c’était comme si c’était hier, comme si c’était hier qu’il c’était retrouvé seul dans ce monde si cruel. Voilà qu’aujourd’hui, dans ce monde qui n’a pas changé, Liliana est toujours là, comme si elle le suivait, comme si elle ne voulait pas qu’il l’oublie, comme s’il fallait qu’il ne passe pas à une autre étape. En disant ses paroles à Liliana, il faisait comme dire ce qu’il aurait dût lui dire lorsqu’elle l’avait quitté. Ce qu’il n’avait malheureusement pas dit. En ce moment, il ressentait la même chose que cette journée et c’est pourquoi une petite larme venait de couler sur sa joue. En fait, il n’avait jamais au grand jamais pleuré devant son ex petite-amie. Même lorsqu’elle l’avait quittée, il était partie, furieux comme personne ne pouvait l’être. Il avait tenté d’effacer tout ce qu’il avait en lien avec elle. Tout les cadeaux qu’elle lui avait fait, tout ce qu’ils avaient acheté ensemble, tout ce qu’ils aimaient tout les deux en passant par ne plus manger ses repas préférés par leur chansons préférés qu’il avait supprimé. C’était une passion commune pour eux la musique et c’est pourquoi il ne fut pas étonné de la voir en train d’écouter de la musique. En fait, lui aussi en écoutait, il prit donc son iPod le ferma et le serra dans la sa poche dans pantalon, ça lui rappelait trop le temps où ils étaient ensemble et qu’ils passaient des heures à écouter les mêmes chansons et à se coller, à s’embrasser. À cette pensée, une nouvelle larme échappa à Lorenzo et coula le long de sa joue. Il ne savait pas si c’était une larme de joie de la revoir ou de haine de la revoir après ce qu’elle lui avait fait endurer. Il ne savait même pas comment elle avait été après leur rupture, il ne savait pas puisqu’il n’avait répondu à aucuns des appelles de Liliana préférant l’oublier. Toutefois, il en avait été totalement incapable, de l’oublier. Voilà qu’il vit aussi des larmes, plus abondantes, sur les joues de Liliana. Il détestait plus que tout voir quelqu’un pleurer et encore moins elle. Ça lui brisait totalement le cœur de la voir comme ça et c’était sûrement à cause de lui, il n’avait pas été le plus gentil dans ses paroles ayant utilisé en plus un ton pas très amical. Lorenzo savait très bien qu’elle le savait, il ne doutait pas du nombre de fois qu’elle avait dût se le dire. « Ce que m’énerve le plus c’est que tu n’es pas venu m’en parler avant… ça aurait…» Lorenzo ne pouvait plus parler, c’était comme si on venait à nouveau de lui planter un couteau dans la gorge. Il ne pouvait plus parler, incapable de prononcer un seul son. Ce qu’il voulait dire c’est que ça aurait peut-être tout changé l’histoire, peut-être qu’ils auraient réglé ça en deux secondes et qu’ils auraient fait comme si rien n’étaient. Lorenzo reprit son souffle et tenta de finir ce qu’il voulait dire. « Malheureusement non, t’excuser n’arrangera pas les choses…» Lorenzo aurait bien mieux fait de se retenir de dire quoi que ce soit, ça aurait peut-être été mieux mais il ne pouvait pas garder ça pour lui, ça le frustrait tellement qu’elle ne l’aille pas cru qu’il ne la trompait pas. Au moins, il savait qu’elle l’aimait à ce moment là, au moins ça lui confirmait que ce n’était pas parce qu’elle ne l’aimait plus et que la rumeur n’était qu’une fausse raison pour le laisser. Encore une fois, les paroles partirent toutes seules de la bouche du jeune homme. « Mais tu ne m’aimais pas assez pour me croire !? » Voilà il l’avait dit. C’est ce qu’il s’était dit pendant 3 ans, qu’elle ne l’aimait pas assez pour le croire quand il lui avait dit que ce n’était pas vrai, qu’il n’aurait jamais de sa vie fait quelque chose comme ça à elle, il l’aimait trop et l’amour était plus puissant que tout pour lui. En fait, il l’aime toujours, il n’a jamais arrêté un instant de l’aimer même s’il la déteste en même temps. Ses dernières années n’ont pas été très faciles pour lui et tous ça à cause d’une rumeur que Liliana a crû, une rumeur oui ! Pendant quelques temps, ils allaient bien puisqu’il avait Clémentina qui était souvent avec lui, mais elle aussi était partie. Bref, tout le monde le laissait seul et des fois il se disait que c’était lui qui n’était pas assez bien. Après tout Liliana l’avait laissé et Clémentina était partie sans rien dire. Tout lui laissait croire que c’était lui qui n’était pas assez bien pour elle. Alors des fois il se disait qu’il n’était pas fait pour l’amour, ou plutôt que l’amour n’était pas fait pour lui. Il aurait bien aimé que cette première rencontre depuis leur rupture, bien qu’il ne s’en n’attende pas, soit un peu plus joyeuse. Les deux ex amoureux avaient tous les deux des larmes sur les joues et se regardaient. Les autres personnes dans le parc devaient trouver qu’il y avait une drôle de scène devant eux, mais Lorenzo c’était comme créer une bulle autour de lui et n’entendait et ne voyait plus rien autour de lui. Même pas les oiseaux qui chantaient si fort au paravent qu’il n’était plus capable d’entendre sa musique normalement, il n’entendait plus rien autour de lui et ne voyait que Liliana. Certes il n’avait lui non plus été très gentil en lui disant ce qu’il venait de lui dire mais il fallait qu’il lui dise ce qu’il pensait, ce qu’il pensait vraiment et non inventer quelque chose que pour lui faire plaisir. Mais là, il regrettait un peu les mots qu’il avait utilisés, voyant que Liliana était aussi triste que lui. Alors Lorenzo s’approcha de Liliana et la prit dans ses bras comme il l’avait si souvent fait au paravent lorsque Liliana n’allait pas bien. Il la prenait avant souvent dans ses bras pour la réconforter. Mais aujourd’hui, il la prenait dans ses bras pour la consoler elle, mais aussi lui. Il se sentait bien dans les bras de Liliana malgré les paroles qu’il venait de lui dire et le fait qu’elle l’aille laissé pour rien.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
E. Liliana Mancini

avatar

Féminin Messages : 179
Date de naissance : 27/11/1995
Date d'inscription : 18/06/2010
Age : 23
JUKEBOX : beautiful people - chrisbrown.
PSEUDO : senseless.
CREDITS : t'a qu'à lire.

HEY SOUL SISTER !
♣ carnet d'adresse
:
♣ j'suis plutôt ...: FUCKED

MessageSujet: Re: « and i love you more than i did before » ♥   Mar 6 Juil - 10:33

    Pourquoi depuis que je suis devant Lorenzo j'ai cette impression que ça bouge tout autour de moi, pourquoi on dirait que je vais tomber d'une minute à l'autre par terre, pourquoi je n'arrive absolument pas à détacher mes yeux des siens ? Certainement les sentiments qui refont surface. Mais plus forts qu'auparavant, depuis notre rupture c'est comme s'ils s'étaient renforcés, toutes les personnes normales, quand elles ne sont plus avec quelqu'un, elles l'oublient tout de suite, elles ne l'aiment plus et elles se refont une nouvelle vie. Moi je ne suis pas normale alors, vu que je fais tout le contraire, je l'aime encore plus qu'avant, je ne veux absolument pas l'oublier et encore moins me refaire une nouvelle vie sans lui mais, j'aime ne pas être comme les autres, sur ce point-là, je suis soulagée. Mais, ce qui m'attriste c'est que lui ne ressent peut être pas la même chose, pas peut être, ils ne ressent sûrement pas la même chose que moi en ce moment et en pensant à ça les larmes coulent, c'est beaucoup plus fort que moi, je n'arrive pas à ne pas pleurer quand je pense à tous ces détails. Je ne me suis jamais sentie aussi triste, depuis notre rupture je n'arrive plus à rire comme je le faisais tout le temps, parce que je me dis que le bonheur il n'est pas fait pour moi, je m'en voudrais toute ma vie de l'avoir quitté, je me hais moi-même à cause de ça, je n'arrive même plus à me regarder dans une glace tellement que je me dégoûte. Je ne crois plus à l'amour en fait je ne crois plus en rien. Je ne veux plus d'histoire d'amour, je vais être une vielle célibataire jusqu'à ma mort, la seule histoire que j'aimerais avoir c'est l'histoire ou Lorenzo incarnerait le prince charmant, il n'y a que lui qui est à la hauteur de ce rôle, lui et personne d'autre. La nuit je rêve souvent du jour de notre rupture, le soir-même, j'étais rentrée chez moi dans une colère terrible, mes parents voulaient des explications, je ne voulais pas leur dire, je n'avais pas envie de leur parler, j'avais juste envie de parler à personne, je m'étais enfermée dans ma chambre et je faisais le tri pour ne plus avoir aucune chose qui ait un rapport avec Lorenzo. J'avais tout jeté : cadeaux, photos, peluches.. Tout y passait mais, quelques jours plus tard, réalisant que je ne pouvais vivre sans ces objets car, ils faisaient partis de ma vie, mon ancienne vie. J'étais partie jusqu'à la décharge pour essayer de les récupérer et pour une fois j'eus de la chance, ils n'étaient pas encore déchiqueter par la machine. En me remémorant tout ça je me rendis compte la vie que j'avais avec lui, une vie heureuse, très heureuse même. Maintenant ma vie est devenue un vrai désastre, c'est la catastrophe mais, sans lui à mes côtés, je n'ai plus la force d'avancer c'est comme ça. J'ai beau espérer je sais que ça ne reviendra jamais comme avant, il faudrait juste un miracle et je ne crois pas au miracle, ni au étoiles filantes qui réalisent vos vœux, si vraiment ça marcherait, j'aurais tout fait pour en voir une et faire comme vœux de revenir au moment où j'apprenais cette rumeur, faire comme si je n'avais rien entendu et ne jamais rompre avec Lorenzo, voilà mon vœu le plus cher. Malheureusement jamais ça n'arrivera, en écoutant Lorenzo je pleurais de plus belle, ça n'arrêtait pas, on aurait dit des litres et des litres d'eau qui coulaient de mes yeux. Je réalisais enfin, que si je n'étais pas venue ici, je n'aurais fait souffrir personne, on auraient fais nos vies de notre côté et voilà c'est fini. Là je souffrais tout d'abord, parce qu'il n'était pas content de me voir, je le voyais, ça se voyait dans ses yeux et aussi ses paroles ne faisaient qu'agrandir mon trou dans ma poitrine. J'avais tellement rêvé que cette rencontre soit déjà plus amicale, je n'avais pas pensé qu'elle m'aurait tant fait de mal et aussi à lui, s'il pleurait c'était bien à cause de moi, si ce n'est pas à cause de moi pourquoi pleurerait-il ? Je voulais baisser ma tête parce que le voir aussi triste que moi, me faisais encore plus souffrir mais, mes yeux me pouvaient plus se détacher des siens, c'était comme s'ils étaient attirés pas deux aimants. Cette dispute me paraissait débile, j'ai fait tout ça à cause d'une rumeur, oui une RUMEUR ! Mais je l'ai cru, déjà c'était une amie à moi qui me l'avait dit et elle n'avait jamais menti à qui que ce soit, mais apparemment elle m'a menti et je lui en veux vraiment beaucoup car, elle le savait bien que c'était une rumeur mais, même pas elle me la dis ! Je suis très très naïve donc je l'ai prise au sérieux croyant que c'était vrai, sur le coup j'avais quand même hésité car, Lorenzo était le garçon le plus fidèle que je connaisse, il m'avait promis qu'il n'irait jamais voir ailleurs, maintenant ça me saute au yeux, je le savais que c'était une rumeur mais, sur le coup j'étais tellement énervée que je n'ai pas voulu comprendre ni réfléchir, oh mais quelle co*** je suis, franchement ! J'avais tellement envie de me frapper, comment j'ai pu être aussi débile, on se le demande et maintenant je sais pourquoi ma soit disant amie m'avait dit ça, sans dire que c'était une rumeur, elle aimait Lorenzo, si si je me rappelle maintenant, elle était jalouse que je passais mon temps avec oh si un jour je retourne en Italie et que je la vois, je la tue. « Ça aurait été différent ? Je sais.. » Oui, je sais, je sais très bien, ça aurait tout changé, peut être même qu'on serait toujours ensemble aujourd'hui si j'aurais été le voir, au lieu de partir directement sans même vouloir comprendre si c'était vrai ou pas. Mais je suis comme ça quand je suis énervée je suis incapable de parler, c'est comme si ma gorge est en feu. « Oui je sais, mais juste que quand je le disais ce n'était pas des paroles en l'air, j'étais sincère. » Très sincère même, comme je ne l'avais jamais été, en plus je n'aimais pas faire mes excuses la plupart du temps c'était les autres qui s'excusaient, c'était la première fois que je m'excusais mais, je voulais tout faire pour qu'on oublie cette étape, avant quand je m'excusais, je ne le pensais vraiment pas, c'était des paroles en l'air. Mais, avec lui c'était des vraies excuses, des excuses très sincère, c'est sûr que ça ne sera pas ça qui va tout changer, mais j'aurais au moins essayer. « Si je t'aimais pour te croire, va pas t'imaginer que je t'aimais pas, je t'aimais plus que tout. Mais j'étais tellement énervée que je n'ai pas chercher à comprendre.. » Tout d'un coup mon iPod mis en route la musique que j'avais mis sur pause auparavant, c'était encore notre chanson préférée, enfin la mienne du moins, peut être que lui il ne l'aimait plus. Je me dépêchais de de l'éteindre cette fois-ci pour ne plus qu'il s'allume et je ne voulais pas que ça me rapelle le bon vieux temps, pourtant maintenant j'avais la musique en tête, en regardant Lorenzo ça me faisait rappeler tous ses moments qu'on avait passés ensemble et des nouvelles larmes coulèrent le long de mes joues, elles me brouillaient la vue, je clignais des yeux pour voir à nouveau. Quand Lorenzo me pris dans ses bras, je crus d'abord que je rêvais mais, non c'était bien la vérité, je me blottis dans ses bras et à nouveau ça me rappelle tous ses moments où quand je ne me sentais pas bien et qu'il venait me voir pour me réconforter et quand il me prenait dans ses bras j'allais tout de suite mieux, comme maintenant, j'allais mieux d'un coup. Je me sentais bien dans ses bras, en sécurité, d'un coup j'oubliais qu'on était entouré de personnes qui devaient certainement nous regarder, je nous voyais que nous, je ne voyais rien d'autre, que nous. Comme avant, cette fois-ci d'autres larmes coulèrent mais, je crois que c'était plutôt des larmes de joie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorenzo S. Bartolzzi

avatar

Féminin Messages : 247
Date de naissance : 03/06/1995
Date d'inscription : 26/06/2010
Age : 23
JUKEBOX : ♣ cee lo green ; FUCK YOU
PSEUDO : ♣ tazer.
CREDITS : ♣ juste à lire (:

HEY SOUL SISTER !
♣ carnet d'adresse
:
♣ j'suis plutôt ...: FUCKER

MessageSujet: Re: « and i love you more than i did before » ♥   Mar 6 Juil - 15:30



    Lorenzo savait bien qu’il devrait choisir un jour, mais est-ce que ce jour devait être aujourd’hui ? Il n’avait jamais oublié Liliana et se sentait totalement incapable de l’oublier. Mais, il y avait aussi Clémentina. Il aimerait tellement mieux la connaître, la revoir comme ça peut-être que son choix serait plus facile à faire. Mais non, ça fait déjà 5 moins que Lorenzo a déménagé à San Francisco, il ne l’a vu qu’une fois, il en est certain. Il la remarquerait parmi un groupe de mille personnes. Il l’a vu une fois, mais il l’a perdu. Il se promenait alors dans la rue bondée de gens bien sûr. C’est alors qu’il remarqua son joli visage et sa chevelure d’un blond doré. Mais, malheureusement, il l’a perdit de vue, depuis il ne l’a jamais revu, mais au moins il sait qu’elle est là, quelque part dans cette ville immense. Il sait que le choix serait plus facile s’il l’a reverrait, comme ça il pourrait être sûr des sentiments qu’il ressent envers elle. En ce moment, il n’est sûr de rien et il est trop ébranlé pour choisir Liliana ou Clémentina. Il était trop tôt et ça ne faisait que quelques minutes que Liliana était revenue officiellement dans sa vie. Avant, elle n’était là qu’en pensée. Lorenzo était à nouveau perdu dans ses pensées, comme d’habitude, mais il regardait toujours Liliana dans les yeux. Comme s’il lui disait tout ce qu’il avait vécu pendant ses trois dernières années sans elle, comme s’il lui disait dans ses yeux qu’il ne l’avait jamais trompé. Il l’avait promis, il lui avait promis qu’il serait fidèle, qu’il ne la quitterait jamais. Il avait tenu sa promesse de ne jamais la quitter, mais c’est elle qui l’avait quitté. Sa réaction avait plus été de se fâcher que d’être triste ou de pleurer lorsqu’elle lui avait annoncé qu’elle le quittait. Il avait tout fait, tout fait pour l’oublier, pour faire comme si elle n’avait jamais exister, mais ça n’avait pas fonctionné. Elle restait toujours là dans ses pensées, dans son cœur. Pourtant il avait tout essayé. Une nouvelle relation avec Clémentina, mais celle-ci était partie. Lorsqu’il était avec elle, malgré le fait qu’elle ne lui faisait pas encore très confiance, il se sentait bien et il oubliait pendant un instant Liliana. Lorsqu’elle est partie, ça lui à briser à nouveau le cœur parce qu’il savait qu’il l’aimait, secrètement en dedans lui, il était amoureux d’elle. Mais Clémentina était un peu distante mais il savait qu’avec le temps elle lui ferait plus confiance, mais elle était partie avant. Puis, après que Clémentina soit partie, il recommença à ne penser qu’à Liliana et Clémentina. Il commença donc, malencontreusement, à changer. Toutefois, il ne changea pas pour le bien, mais plutôt dans l’autre sens. Il commença à aller dans les bars, boire et coucher à gauche et à droite pour oublier, oublier Liliana, oublier Clémentina, oublier l’Italie. Bref, oublier tout ce qui était important dans sa vie. Mais, coucher avec n’importe qui et boire n’aidait à rien. Il pensait tout de même, et peut-être encore plus, aux deux femmes qu’il aimait, qu’il aime. Toutefois, avec le temps, les sentiments qu’il ressentait envers Liliana se cachèrent en lui, restant gravé sur son cœur, il repensa plus souvent à Clémentina, sachant qu’elle pouvait être si proche de lui, mais si loin. Il savait que Liliana était restée en Italie et qu’elle se referait sûrement une autre vie, sans lui. Elle était une fille enjouée, qui aime la vie et toujours souriante, elle ne pouvait qu’être heureuse là-bas, sans lui. Pendant que lui, ici à San Francisco, il ne fait que penser à elle, à ce qu’il serait arrivé s’il était allé lui parler. Mais il ne pouvait rien y changer de toute façon. Il n’était plus comme avant, il n’était plus le garçon souriant, drôle et affectif qu’il était avant. Auparavant, il adorait la vie, des petites choses si simples pouvaient le rendre si heureux. Aujourd’hui, il s’est comme créer une barrière pour que personne ne le fasse souffrir à nouveau, mais ça ne fonctionne pas puisque Liliana est là devant lui, et qu’il a des larmes qui s’échappent de ses yeux. Il ne sait même pas si c’est des larmes de joie ou de triste ou même de haine. Normalement, on le sait, mais normalement aussi on aime ou on déteste quelqu’un on ne peut pas avoir les deux sentiments en même temps pour une personne. Normalement et leur histoire n’a rien de normal. Des fois, Lorenzo en fait même des cauchemars. Soit il revoit la journée de leur rupture où il était tellement heureux de passer du temps avec elle, puis tellement fâché. Il ne pensait jamais qu’il ne pouvait passer d’un sentiment à l’autre, pourtant si différent, en deux secondes, mais ce fût le cas. Il voyait des fois la nuit, comme un retour dans le temps et il détestait revoir cette scène. Mais quand il voyait ça, c’était comme s’il était un spectateur, il n’était pas dans sa peau, il ne faisait que regarder. Des fois, il se voyait avec Liliana du temps où ils étaient ensembles à passer toute leur journée ensemble. Lorenzo n’a jamais su pourquoi et surtout qui avait lancé cette rumeur. Il le, ou la, haïssait mentalement. Il détestait cette personne plus que tout pour avoir brisé son couple. Ils étaient le couple parfait, toujours ensemble. Ils aimaient les mêmes choses, ils étaient fait l’un pour l’autre, ils étaient fait pour être ensemble. Alors, pendant les nuits qu’il rêvait à ça, il se réveillait et il était détrempé, il avait tellement chaud. Il aimerait bien appeler quelqu’un dans sa famille dans ses temps là, mais il ne pouvait pas. Il n’avait dit à personne pourquoi, enfin la vraie raison, de son départ. Mais, il aimerait tellement leur parler et leur demander des conseils. Il aimerait tant passer par-dessus et avoir une normale comme tous les autres jeunes hommes de son âge. Mais normal pour lui est tout simplement impossible. Cette fois-ci, c’était comme si des centaines de fléchettes arrivaient en direction du cœur du jeune homme, Liliana pleurait en plus, ce qui brisait Lorenzo. Il savait que tout ce qu’il venait de lui dire elle se l’était sûrement déjà dit des millions de fois, sinon plus, mais il fallait que ce soit lui qui lui dise et non quelqu’un d’autre ou elle. Il fallait qu’elle voie qu’il était sincère, et il l’était tellement. Mais, d’une certaine façon, Lorenzo était… content ? Il était content de la revoir, ça lui faisait du bien quand même de la revoir de savoir qu’elle est là, près de lui. Mais en même temps, il aurait bien aimé ne jamais la revoir, ne jamais avoir à revivre ses sentiments là. Comme ça, il aurait pu se concentrer sur retrouver Clémentina, il aurait sûrement réussi. Certes, Liliana aurait toujours été dans ses pensées, mais lorsqu’avant il était avec Clémentina, on dirait qu’il était mieux, qu’il se sentait plus léger. Lorenzo n’avait jamais en fait pensé qu’il la reverrait, il ne s’était jamais préparer, donc il ne savait quoi dire, quoi faire. Il avait déjà pensé des dizaines de fois à sa rencontre avec Clémentina ici, mais avec Liliana aucunes fois. De plus, il voyait dans les yeux de Liliana qu’elle était triste, qu’elle regrettait d’avoir cru à cette rumeur, elle regrettait tout. Il était encore capable de comprendre Liliana sans qu’elle parle, il était content. Des fois, c’est tellement difficile de dire des mots, mais de les transmettre qu’en se regardant, c’est beaucoup plus simple. Surtout quand on veut parler d’une situation plutôt compliqué. Cette journée, qu’elle l’avait laissé, c’était un lundi. Malheureusement, les deux amoureux n’avaient pas pu se voir samedi ou dimanche puisque Lorenzo était partie dans la ville d’à côté pour aller voir de la famille. Donc le lundi, en allant à l’école Lorenzo était très content d’y aller puisqu’il pourrait finalement revoir sa Liliana. Pour eux, passer deux jours sans se voir c’était difficile. Donc, il était vraiment heureux de la revoir, mais eu lieu d’être bien accueilli, il se fit laisser. « Bien sûr que tout aurait été différent ! Si… si tu serais venu me parler au lieu de me laisser j’aurais pu te le dire moi que je n’avais rien fait, que ce n’était pas vrai ! Et qui sait… » Lorenzo préférait ne pas le dire à voix haute. Et qui sait, ils seraient peut-être encore ensemble aujourd’hui, sûrement en fait. Il l’aimait tellement que peut-être que si elle était venu lui parler au lieu de le laisser tout de suite il lui aurait dit qu’il n’avait rien fait donc elle l’aurait cru, parce qu’il l’aimait et que l’amour était sincère pour lui. L’amour c’était important et ne jouait pas avec, c’était sacré l’amour pour lui. Il lui avait aussi fait la promesse de ne jamais la trompée, de ne jamais la laissée tomber. Il l’aimait tellement à ce moment là que toutes ses promesses il les avait respecté. Lorenzo le savait bien qu’elle était très sincère quand elle lui avait fait des excuses, au téléphone en fait parce qu’il refusait de la voir. Il refusait aussi de lui parler, donc des fois elle lui laissait des messages sur son téléphone. Il savait qu’elle avait été sincère puisqu’il l’avait senti dans le ton de sa voix dans ses messages. Il le savait, mais durant ce temps, il était bien trop fâché pour s’en préoccuper. « Je savais que tu étais sincère, mais… j’étais juste incapable… incapable de ta pardonner. Voilà il lui avait dit, c’était vrai, il avait été incapable de lui pardonner même s’il avait compris qu’elle savait que c’était une fausse rumeur ça lui avait trop brisé le cœur pour qu’il lui reparle un jour dans sa vie, ça lui avait trop brisé le cœur pour qu’il la revoie un jour dans sa vie, mais voilà qu’elle était là devant elle à San Francisco, l’endroit qu’il avait décidé de s’échapper, en fait pour échapper à Liliana. Il était sûr que d’aller aussi loin allait empêcher Liliana de le suivre, mais il fallait croire que non. « Je sais bien que tu m’aimais mais je ne peux juste pas m’imaginer que tu as pu croire à cette rumeur une secondes !» En fait, il ne pouvait même pas s’imaginer qu’elle aille porter une infirme attention à cette rumeur ! C’était tout simplement ridicule. Lorenzo remarqua que Liliana venait de remettre sa musique, mais il vit très vite que ce n’était pas voulu. Sa musique était quand même forte dans ses écouteurs, il a donc pu entendre la chanson ce qu’elle écoutait. Toutefois, la chanson que Liliana était en train d’écouter lui fit verser quelques larmes sur les joues. C’était leur chanson préféré, la chanson qu’ils écoutaient toujours en répétition lorsqu’ils étaient ensemble. Ça faisait trois ans qu’il ne l’avait pas entendu puisqu’après qu’il se s’est fait laissé, Lorenzo a supprimé toute les chansons qu’ils écoutaient ensemble et qu’ils aimaient ce qui lui avait laissé à peu près plus aucunes chansons sur son iPod mais avec le temps il s’était trouvé de nouvelles chansons. À nouveau, Lorenzo et Liliana était face à face, se regardait dans les yeux et avaient des larmes sur leur joues. Lorenzo n’était pas sûr que ce fût la chose à faire lorsque c’était la première fois qu’on revoyait son ex petite amie qui nous avait laissé 3 ans plutôt la prendre dans ses bras, mais il en avait besoin et après tout il n’y avait pas règle pour une situation comme ça ?! Au moins, Liliana ne le repoussa pas, elle se blottit dans les bras de celui-ci. Il se sentait mieux, comme si être près d’elle enlevait ses problèmes. « Je suis désolé, pour tout. J’aurais dû répondre à tes appelles…» Ses paroles sortirent sans le vouloir et naturellement de sa bouche. Il savait très bien maintenant que ça n’avait pas été facile pour elle aussi de vivre ça, avant il n’y pensait même pas, mais là il le savait et il était triste de ne pas avoir répondu à ses appelles, peut-être que ça aurait tout changé.


Liliana & Lorenzo

Well it's good to hear your voice
I hope you're doing fine
And if you ever wonder
I'm lonely here tonight

I'm lost here in this moment
And time keeps slipping by
And if I could have just one wish
I'd have you by my side
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
E. Liliana Mancini

avatar

Féminin Messages : 179
Date de naissance : 27/11/1995
Date d'inscription : 18/06/2010
Age : 23
JUKEBOX : beautiful people - chrisbrown.
PSEUDO : senseless.
CREDITS : t'a qu'à lire.

HEY SOUL SISTER !
♣ carnet d'adresse
:
♣ j'suis plutôt ...: FUCKED

MessageSujet: Re: « and i love you more than i did before » ♥   Mer 7 Juil - 11:42

    Ça faisait déjà quelques minutes qu'ils étaient face à face, ce moment que j'avais tant redouté toutes ces années était bel et bien arrivé et je savais que notre première rencontre depuis notre rupture allait être comme ça cependant j'espérais qu'elle allait être joyeuse même si je savais que sa allait être tout le contraire. Maintenant j'en ai la preuve, je peux vous le dire elle n'a rien de joyeuse mais, comment voulez vous que votre ex-petit ami que vous avez quitté juste pour une rumeur vous accueillie ? Avec le sourire et les bras ouvert près à vous serrez bien fort ? Non, ne croyez pas trop au miracle de toute façon les miracles n'existent pas, c'est justement tout le contraire pour moi. Il ne m'avait pas du tout accueillie avec le sourire ni avec les bras ouverts, c'était tout l'opposé. J'étais continuellement en train de le regarder, c'est comme si juste en le regardant je lisais dans ses pensées, je voyais ce qu'il avait fais tout ce temps sans moi puis c'est en le regardant que j'ai vu qu'il était vraiment sincère quand il me disait qu'il ne m'avait jamais trompé puisque il m'aimait trop, pourtant j'avais beau tout découvrir aujourd'hui c'était trop tard de toute façon. Beaucoup trop tard maintenant, c'est certain que si j'aurais été le voir avant, ça aurait peut être changé la situation, on serait probablement encore ensemble si j'aurais bougé mes fesses auparavant. J’avais essayé maint fois de l’appeler pour lui dire à quel point je regrettais, que sans lui je n’étais plus rien, qu’il me manquait terriblement, que je voulais que tout redevienne comme avant. Mais, il ne répondait jamais à mes appels, dans ce cas-là je lui laissais des messages, encore une fois il ne me répondait pas, ça me rendais plus triste que je ne l’étais déjà. Comme je croyais qu’il m’avait déjà oubliée, j’essayais de me faire une nouvelle vie, mon amie, enfin plutôt mon ennemie maintenant me disait que pour l’oublier je devais avoir une nouvelle histoire avec quelqu’un, soit coucher avec des gars. Je ne voulais absolument pas faire ça, bien que l’idée n’étais pas si mauvaise que ça et en Italie il y avait pas mal de beaux mecs dans les rues, pourtant je ne voulais pas avoir une nouvelle histoire, je n’aurais pas pu Lorenzo hantait mes pensées en permanence, c’était beaucoup trop tôt pour avoir une nouvelle relation et je suis bizarre même si on n’était plus ensemble je ne voulais pas le tromper avec quelqu’un d’autre. Si j’aurais voulu, j’aurais pu avoir une nouvelle relation, chaque fois que j’allais dehors il y avait des mecs qui me demandaient si j’avais quelqu’un, et je leur mentais en disant oui car je ne voulais pas sortir avec l’un d’eux, bien qu’ils étaient mignons. Le jour où j’ai atterris à SF je m’étais promis à moi-même de ne plus être la fille sensible d’autrefois, pourtant je n’ai pas réussi à tenir ma promesse parce que je suis en train de pleurer en ce moment, je ne saurais vous dire si c’était plutôt des larmes de joie ou de tristesse ou même de haine envers moi. Si il y a une seule personne qui fait souffrir Lorenzo aujourd’hui, c’est moi en effet, moi la sale naïve qui a cru sa soit disant meilleure amie, j’ai fais tout ce que tout le monde aurait fais, habituellement avec sa meilleure amie on se doit d’être sincère, on doit la soutenir, la protéger, mais elle, cette terrorifiante co*** n’a fais que le contraire, elle voulait tout faire pour nous séparer, ça se voyait qu’elle était jalouse quand elle nous voyais passer du temps ensemble Lorenzo & moi, par sa faute maintenant je l’ai quitté, là tout de suite j’ai envie de retourner en Italie pour la tuer, oui oui vous avez bien lu, la tuer tout d’abord pour nous avoir séparer et ensuite pour m’avoir fait tant souffrir. Moi qui lui confiais tout sur mon couple, fallait vraiment être handicapée pour voir qu’elle manigancé un sal coup mais, c’est comme si j’étais aveugle, que je refusais de voir quelque chose. En même temps, je ne la croyais pas capable de faire une chose pareille, j’aurais dû me méfier mais je préférais croire cette bitch que mes vraies amies. Mes larmes c’étaient transformées en larmes moins abondantes que tout à l’heure, c’était mieux comme ça d’ailleurs, ça ne me brouillait plus la vue au moins, Avez-t-on un don pour se lire dans les pensées mutuellement ? Puisque quand je le regardais, il avait la même expression que quand je l’avais quitté alors, je me doutais qu’il pensait à cette journée là. En parlant de ça, j’avais vraiment pris le mauvais jour, j’avais choisis le Lundi, c’était la veille que j’avais appris qu’il « m’avait trompée » ce week-end là il n’était pas là, il était parti rendre visite chez sa famille, j’attendis alors le lendemain pour lui faire savoir que je le quittais. Ordinairement ils ne pouvaient pas passer une journée sans se voir, franchement deux jours sans lui c’était vraiment un enfer pour moi, j’étais certaine que le Lundi il était pressée de me voir, comme moi d’ailleurs. Je me rappelle que quand il est arrivé au lycée il s’est tout de suite précipité vers moi, j’étais contente de le voir, en le voyant, j’avais oublié cette maudite rumeur mais, c’est quand il voulu m’embrasser que je l’ai repoussé en lui disant que je le quittais pour cette rumeur, après avoir dis ces mots j’ai regrettais aussitôt. Mais, il était partit en colère, et ça n’étais pas le bon moment pour le suivre et dire que je regrettais il allait me prendre pour une folle sortie d’un asile. « Mais, tu ne peux pas savoir à quel point je.. Je regrette maintenant. On serait.. » Je n’ai pas pu finir le reste de ma phrase, c’était beaucoup trop dur à présent, auparavant je disais tout ce qui me passais par la tête quand j’étais avec lui, mais aujourd’hui c’est devenu trop dur de dire ce que j’ai sur le cœur. Pourquoi il n’y a que dans les films qu’on peut remonter dans le temps ? Pourquoi on ne peut pas remonter dans le temps dans la réalité ? C’est ce que je souhaite plus que tout au monde, revenir dans le monde, au lieu de le laisser partir et ne rien dire, j’aurais été lui parler, et on aurait peut être été ensemble, j’espère qu’on aurait sûrement resté ensemble. Mais on est dans la réalité et pas dans les films, alors ce n’est pas possible. « Je comprends, mais, tu pourras.. tu pourras jamais me pardonner pour ce que j’ai fais, je sais.. » Il fallait voir la vérité des choses, j’étais certaine que jamais il ne pourra me pardonner, c’était normal en même temps, je l’ai fais souffrir pour une chose qui n’était pas vrai, ça aurait été Lorenzo qui m’aurait fais ça, je ne sais pas si j’aurais pus le pardonner tout de suite alors, d’un sens je le comprends et quoi qu’il décide j’accepterais ma décision, je le laisserais vivre sa vie tranquillement, moi je repartirais en Italie. Je suis juste venue pour m’expliquer, pour qu’il sache ce que j’ai sur le cœur, ce que j’ai eu sur le cœur pendant ses trois années, et dès que cette histoire sera fini je partirais, je le laisserait tranquille. « Mais, je l’ai cru juste parce que c’est ma meilleure amie qui me la dit, et je croyais qu’elle était sincère, ce qu’elle voulait elle, c’était nous séparer.. Elle à réussi. » Malheureusement oui elle à réussi, et je lui briserais les os une fois qu’elle sera devant moi, j’espère que sa vie amoureuse sera une grosse me*** qu’elle ne trouvera jamais quelqu’un. J’espère vraiment, qu’elle reste toute sa vie seule, elle verra c’est quoi, elle peut rêver pour que je lui pardonne. Quand il me prit dans ses bras, je n’allais pas le repousser par une nouvelle fois, oh bien sûr que non, j’aimais par-dessus tout quand il me prenait dans ses bras autrefois, c’était le seul qui pouvait me réconforter en ce moment, je me blottis dans ses bras, ça faisais si longtemps que je ne m’étais pas sentie aussi bien qu’à ce moment-là, j’en avais tellement besoin de ses câlins réconfortants. « Ta pas à t’excuser pour ça, c’est plutôt moi qui suis désolée pour tout ce que je t’ai fais.. » C’est vrai il n’avait pas à s’excuser pour ça, de toute manière quand je l’appelais je savais qu’il y avait plus de chance qu’il ne réponde pas que l’inverse mais, j’aurais tellement voulu entendre sa belle voix, car trois ans sans l’avoir entendu une fois, c’était très dur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorenzo S. Bartolzzi

avatar

Féminin Messages : 247
Date de naissance : 03/06/1995
Date d'inscription : 26/06/2010
Age : 23
JUKEBOX : ♣ cee lo green ; FUCK YOU
PSEUDO : ♣ tazer.
CREDITS : ♣ juste à lire (:

HEY SOUL SISTER !
♣ carnet d'adresse
:
♣ j'suis plutôt ...: FUCKER

MessageSujet: Re: « and i love you more than i did before » ♥   Ven 9 Juil - 2:07



Liliana & Lorenzo

Everytime I close my eyes, I see your face so I try to read but all I do is lose my place. Am I obsessed with you? I do my best not to want you but I do all the time. But I still had this aching pain to hear your voice to know you're there I don't seem to have any choice ♥.

♥ ♥ ♥

    Ça faisait peut-être que quelques minutes que Liliana était venu parler à Lorenzo, mais pour lui ça faisait comme si c’était de ça il y a de heures qu’ils étaient là, dans le parc, à se regarder, à pleurer et à se parler. Comme si, les quelques minutes qi venaient de passé était les plus longues de sa vie. En même temps, elles étaient quand même importantes. Là première fois qu’il revoyait sa Liliana depuis 3 ans, la première fois qu’il lui parlait, qu’il la regardait, qu’il la faisait pleurer. Lorenzo avait déjà pensé à ce moment, mais n’avait jamais essayé de ce faire un scénario, sachant très bien que ça n’arriverait sûrement jamais de sa vie qu’ils la reverraient, sauf s’il allait rendre visite à sa famille en Italie, ce qu’il n’avait pas encore fait, ne prenant pas la chance de la croisé là-bas. Ou sinon, il serait resté dans la maison de ses parents, enfermés, et il ne serait pas sorti une fois, sauf pour aller à l’aéroport. Dans un sens, il avait toujours eu peur de la revoir, il avait peur qu’elle l’aille oubliée, à ne presque plus le reconnaître et que finalement elle trouvait que c’était bien mieux comme ça. Il avait trop peur que ça soit ce qu’elle lui dise pour prendre la chance de la recroisée, une fois dans sa vie. Mais, il savait bien qu’il devrait bien un jour retourner en Italie quelques semaines pour revoir sa famille. Il s’ennuyait tant d’eux et aimerait tant leur parler, mais il ne pouvait pas. Il savait bien que s’il avait dit à sa famille qu’il voulait partir en Italie pour fuir Liliana et peut-être retrouver Clémentina, ils l’auraient sûrement convaincu que ça ne se faisait pas. En fait, il savait bien que c’était que la vérité. Ça ne se faisait pas de quitter sa vie que pour ça, mais pour lui à ce moment là, c’était la seule option qui s’offrait à lui. Alors, il avait dit que l’université à San Francisco offrait le meilleur programme pour lui, c’était vrai mais si sa famille aurait fait un peu de recherche, ils auraient bien vu que ce programme s’offrait partout en Italie. Une chance qu’ils ne l’avaient pas fait. Lorenzo aurait tant aimé qu’ils se retrouvent amoureux comme jamais et qu’ils se tombent dans les bras, mais il en était tout simplement incapable. Incapable d’oublier le fait qu’elle l’aille laissé pour rien, incapable de croire un instant qu’elle ait pu croire à cette rumeur, incapable. Lorenzo l’aimait toujours, l’aimait plus peut-être, mais il ne pouvait pas se permettre de trop laissé paraitre ses sentiments, ne sachant rien de la Liliana d’aujourd’hui. Peut-être est-ce qu’elle avait un petit copain en Italie et qu’elle était venue à San Francisco pour lui parler une fois pour toute. Ça serait très logique, enfin pour la tête à Lorenzo c’était très logique et c’est pourquoi il préférait garder ses sentiments pour lui-même, il avait peur que Liliana se fout complètement de lui et voulais juste lui parler pour avoir la conscience tranquille. Ça faisait quand même 3 ans qu’ils ne s’étaient pas vu, donc la connexion qu’ils avaient un à l’autre si facilement et à se comprendre sans rien dire n’était pas aussi forte. Ça serait pourtant tellement moins compliqué de demander, mais il ne savait pas comment, quels mots utilisés. Certes il comprenait encore tellement de choses dans les beaux yeux bruns de Liliana qu’il adorait. Ses beaux yeux souriants et qui était pleins de joie de vivre il y a de ça 3 ans. En même temps, lui aussi avait été le garçon le plus chanceux, le plus souriant, le plus joyeux et le plus drôle de la Terre il y a de ça quelques années. Mais, on aurait dit que sa séparation avec Liliana avait comme changé sa personnalité il s’était ainsi forgé une barrière pour se protéger. Lorenzo aurait tellement aimé retourner en arrière, la journée où elle l’a laissé et trouver les mots pour lui dire qu’il n’avait rien fait, trouver les mots pour qu’elle le croit, trouver les mots pour qu’ils restent ensemble. Lorenzo aimerait tellement, mais on ne peut pas retourner dans le temps, ce qui est fait est fait et on ne peut rien changer. On peut oublier, on peut passer par-dessus, mais il n’en est juste incapable de faire ça. Il aurait tellement aimé se refaire une vie ici à San Francisco, c’était un peu pour ça qu’il était venu habiter ici, mais il n’avait pas été capable d’oublier Liliana. Lorenzo se rappelait que les jours après que Liliana l’aille laisser, il n’arrêtait pas de recevoir des appelles d’elle. Ça lui faisait tellement mal de ne pas répondre, de savoir qu’elle voulait lui parler. De savoir que s’il répondait il pourrait entendre sa belle voix lui parler. À chaque fois, il sentait son cœur battre tellement fort lorsqu’elle appelait, mais il n’a jamais répondu. Dans un sens, il voulait tellement lui parler, ou tout simplement entendre sa voix, mais il ne voulait pas non plus, parce qu’il essayait à ce moment de l’oublier, donc l’entendre n’allait pas aider à l’oublier. Il dût se convaincre qu’il en serrait capable, même si une partie de lui savait qu’il en serait incapable. Mais ce qui lui brisait encore plus le cœur c’était quand elle lui laissait des messages. Des fois, il les écoutait pensant que c’était quelqu’un de ses amis qui lui avaient laissé un message, alors là il attendait Liliana. C’était vraiment pour lui, mais il ne la rappelait jamais, il n’en était pas capable. Même s’il avait commencé à avoir de nouvelles relations, plutôt d’un soir, ça ne le faisait pas oublier Liliana, malheureusement. Il aurait bien aimé que ça fonctionne, c’était plutôt facile comme méthode, il y avait tellement de filles en Italie, mais aucunes aussi belles que Liliana, aucunes aussi gentilles, aucunes aussi souriantes. Bref, Liliana restait son idéale jusqu’à ce qu’il rencontre Clémentina, elle lui faisait tellement pensé à Liliana, elle lui ressemblait un peu et Lorenzo aimait ça. Il aimait Clémentina, mais il ne savait pas pourquoi, mais elle n’avait pas l’air à lui faire confiance, pourtant il ressentait qu’elle l’aimait aussi mais pour une raison inconnue, elle était distante. En fait, il ne savait pas grand-chose d’elle, Clémentina avait peut-être vécu elle aussi des étapes difficiles dans sa vie. Il aurait bien aimé lui demander, mais elle était partie avant. Lorenzo pensait maintenant à cette rumeur, qui l’avait lancé et pourquoi. Est-ce que cette personne avait des raisons, ou ça lui tentait ce matin là. Il avait tellement de questions à poser à Liliana, mais il ne savait pas si c’était le bon moment pour lui demander. Lorenzo prit son courage à deux mains et ce décida à poser la question qui lui tournait dans la tête, même s’il savait que c’était un peu indiscret et directe. « Je sais bien que c’est très indiscret, mais est-ce que tu es… avec quelqu’un ? » Lorenzo n’avait peut-être pas été très clair sur sa question, mais il savait bien que Liliana en comprendrait le sens. Il voulait savoir si elle était en couple et elle était venue pour être tranquille dans sa relation, il fallait qu’il le sache. Lorenzo se sentait toujours mal, il se sentait mal en dedans de lui comme si Liliana venait rompre à nouveau, c’était vraiment étrange mais c’est ce qu’il ressentait. Comme si elle était venue ici à San Francisco pour lui dire qu’elle ne regrettait pas de l’avoir laissé et que ça avait été une bonne chose de faire ça. Toutefois, il savait que ce n’était pas le genre de sa Liliana. Elle n’était pas une sale bitche qui fait exprès pour faire souffrir les autres. Il savait à présent qu’elle avait beaucoup souffert de leur séparation, mais il ne savait toujours pas si elle s’était refaite une vie meilleure sans lui. Lorenzo s’en voulait en même temps d’être partie dans la ville d’à côté pour aller voir sa famille. S’il était resté chez lui cette fin de semaine là, il aurait sûrement été avec Liliana donc peut-être que la personne qui avait lancé cette rumeur n’aurait pas pu parler avec Liliana. Ou s’il avait été là cette fin de semaine là, il aurait pu lui dire sur le champ que ce n’était pas vrai, lorsqu’elle l’a appris. En le voyant que le lendemain, Liliana avait eu le temps de se monter encore plus contre lui, malheureusement. En plus, Lorenzo c’était tellement ennuyé de Liliana cette fin de semaine là. Il était jeune et amoureux, et lorsqu’on est jeune et amoureux, c’est dur de passé deux jours sans voir sa bien aimée. Certes il avait été content tout de même de voir sa famille, mais il n’arrêtait pas de penser à sa Liliana. Il se souvient du lundi matin qu’il était revenu comme si c’était hier. Il était allé au lycée et il c’était très rapidement dirigé vers sa Liliana, il était tellement content de la revoir après 2 jours sans se voir. Au début, les deux amoureux se regardèrent, se parlèrent un peu et se sourirent. Puis, Lorenzo c’était rapproché de Liliana pour l’embrasser comme il le faisait si souvent. Toutefois, celle-ci l’avait repoussé et à ce moment, il c’était posé tellement de questions. Vous ne pouvez pas vous imaginez en 2 secondes combien de questions on peut se poser dans des situations comme ça. Lorenzo avait été brisé en mille morceaux lorsqu’elle lui avait dit qu’elle le laissait. Il n’avait pas été triste, il n’avait pas pleuré, pas au lycée et il était plutôt partie, fou de rage. Lorenzo comprenait ce que venais de dire Liliana, bien que ce n’était pas très clair. Ils avaient tous les deux laissé leur fin de phrase en suspense, mais ils comprenaient tous les deux qu’ils seraient peut-être encore ensemble aujourd’hui. Ça aurait tellement été le bonheur, mais non. La vie n’est pas autant facile, il fallait que la vie mette des épreuves difficiles dans la vie de tout le monde et il ne les avait pas épargnés. Lorenzo fit comme si elle avait vraiment dit ce qu’elle avait voulu dire par on serait. « Ouais on serait encore ensemble. » Il le pensait, il savait qu’ils s’aimaient tellement à ce moment qu’ils auraient pu rester ensemble toute leur vie. Lorenzo l’aimait encore à rester avec elle toute sa vie, mais il savait que s’en était presque impossible après ce qu’ils avaient vécu. C’était trop dur, trop dur de penser à ça tous les jours. Toutefois, Lorenzo trouvait étrange que la Liliana d’aujourd’hui n’ait pas fini sa phrase. La Liliana d’avant, sa Liliana disait toujours ce qu’elle pensait et n’avait pas peur de ce que pensait les autres. Est-ce que la Liliana d’aujourd’hui était tant différente de sa Liliana ? Après tout, il avait changé aussi. Comment on ne pouvait pas changer après cette épreuve si difficile. En effet, Lorenzo se sentait tout simplement incapable de lui pardonner, il ne pourrait jamais oublier ou tout simplement passer par-dessus cette étape de sa vie. Néanmoins, il ne savait pas si c’était une question ou une affirmation que Liliana venait d’exprimer. « Je ne m’en sens pas capable, de te pardonner. Je ne me sens… Lorenzo prit un grand souffle. Il ne savait pas s’il devait vraiment dire ce qu’il avait sur le cœur à Liliana. Peut-être est-ce qu’elle se fichait bien de ce qu’il avait ressenti, mais il ne croyait pas que Liliana se fichait de lui. . « Je ne me sens pas capable d’oublier ça. » Voilà il l’avait dit et c’était le fond de sa pensée, juste la vérité quoi. Après tout, Lorenzo était sûr que Liliana ne lui aurait pas pardonné si ça avait été lui qui l’aurait laissé à cause d’une rumeur, sûrement pas. Il ne pouvait pas lui pardonner parce qu’elle lui avait tellement fait mal, mal au cœur parce qu’il l’avait tellement aimé, et qu’elle lui avait fait mal à cause d’une rumeur fausse ! S’il l’avait vraiment trompé, il aurait compris, mais à ce moment il n’était tout simplement pas capable de penser à une autre fille qu’à sa Liliana, elle était l’amour de sa vie et à ce moment, malgré qu’il fût encore jeune, savait que c’était avec elle qu’il voulait passer le reste de sa vie. Mais, après 3 ans, il s’est vite dit qu’il s’était trompé et que ce n’était pas elle qui était faite pour être la mère de ses enfants. Parce que oui il aimerait bien avoir des enfants un jour, mais il n’a que 20 ans, il a encore le temps. Il veut attendre de trouver la bonne personne, même s’il est sûr qu’il connait déjà cette personne. Il veut que ce soit du solide avec cette personne. Il avait été sûr pendant un moment que c’était Liliana, puis Clémentina. Aujourd’hui, il ne savait rien et remettait en doute tout. Il eut un choc lorsqu’il entendit que c’était sa meilleure amie qui avait lancé cette rumeur. Quoi ?! La meilleure amie de Liliana avait dit ça, c’était quoi son problème elle ? Elle avait pourtant l’air d’un ange et elle avait toujours été gentille avec lui. Il passait beaucoup de temps au lycée avec Liliana donc avec ses amies, et sa meilleure amie avait toujours été agréable. Et pourquoi est-ce qu’elle voulait les séparer ? Elle était tannée de le voir toujours dans les parages ? Elle voulait que Liliana passe plus de temps avec elle en tant que meilleure amie ? « C’est elle qui a lancé cette rumeur !!! Mais… pourquoi elle voulait nous séparer ? Elle était plutôt gentille avec moi non ? » Lorenzo se posait pleins de questions tout d’un coup. Il n’avait jamais su c’était qui qui avait dit cette rumeur à Liliana, il fallait quand même que ce soit quelqu’un de proche pour qu’elle la croit si facilement puisque cette rumeur était tellement pas lui. Pourquoi sa meilleure amie avait voulu les séparer, c’était vraiment étrange, mais Lorenzo lui en voulait tellement. Il la détestait et la prochaine fois qu’il irait en Italie pour voir sa famille, puisque maintenant il pouvait retourner en Italie tranquille puisqu’il n’avait plus peur de rencontrer Liliana, il irait lui parler à elle, à cette bitche ! Lorenzo avait encore versé une larme lorsqu’il l’avait pris dans ses bras. Ça lui faisait penser la fois où elle l’avait laissé et qu’il avait voulu l’embrasser mais qu’elle l’avait repoussé. Heureusement, elle ne l’avait pas repoussé et après tout il ne voulait pas l’embrasser, il ne voulait que la prendre dans ses bras. Même si l’embrasser lui tentait un peu tout de même, mais ce n’était pas le moment, enfin c’est ce qu’il croyait. Pour Lorenzo, ça faisait des années qu’il ne s’était pas sentie aussi bien que des les bras de Liliana. En fait, ça faisait 3 ans, lorsqu’il était encore avec. Certes Clémentina l’avait rendu heureux pendant un moment, mais pas autant que Liliana puisqu’elle ne lui faisait pas tout à fait confiance. « Mais si je t’avais répondu, peut-être qu’on se serait au moins revu, » C’est vrai, peut-être qu’ils ne se seraient pas remis en couple, mais au moins ils se seraient revus. Ça lui avait tellement manqué de voir sa Liliana, de l’attendre lui parler et de la prendre dans ses bras surtout. Pour eux, le contact physique était tout, un regard, un câlin, ça voulait tout dire, pas besoin de parole ils étaient comme connectés. Mais, ce qui lui manquait le plus, c’était les lèvres de la jeune femme. Tout simplement pouvoir l’embrasser. Mais il savait que s’il l’embrassait il révélait ses sentiments et il ne savait toujours pas ses sentiments à elle. Lorenzo hésitait, d’un côté, Liliana ne serait sûrement pas venu si elle l’avait oublié et de l’autre côté il ne savait pas si elle l’aimait toujours. Ce qui n’était sûrement pas le cas. Mais lui, même s’il cherche toujours Clémentina, il peut toujours penser à elle tout en pensant à Clémentina, non ? Lorenzo avait toujours Liliana collé sur son torse, on aurait qu’elle cherchait à se cacher, il la trouvait belle, tellement belle. Elle avait bien beau avoir des larmes sur les joues, les yeux rouges, il la trouvait belle et il l’aimait plus que tout et peut-être encore plus qu’avant. Il ne savait pas quoi faire et hésitait beaucoup. Après tout, il ne pensait vraiment pas revoir Liliana un jour et encore moins aujourd'hui. En fait, ce matin il s’était levé et pensait que faire du jogging un peu puis après il ne savait que ce qu’il comptait faire de son après-midi, il n’avait rien de prévu et voilà qu’il était devant Liliana. Il ne savait quoi faire et quoi dire. En fait, c’était surtout quoi faire. Il ne savait pas s’il devait rester longtemps avec Liliana dans les bras. Certes il était bien, mais il ne savait que si c’était ça qu’il devait faire. En fait, il n’y avait pas de guide «première rencontre avec votre ex petite amie qui vous a laissé à cause d’une rumeur», malheureusement. Il devrait faire un livre pour aider les gens dans le besoin. Puisqu’il y n’y avait pas de règles à suivre, Lorenzo se lança, il pouvait aussi bien ce faire rejeter à nouveau, qu’être bien reçu. Alors, il prit Liliana par les épaules pour l’éloigner un peu d’elle pour voir son joli visage. « Est-ce que je peux… ah et puis de la merdre ! » Lorenzo n’allait tout de même pas lui demander après tout ! Il s’approcha alors de Liliana et posa ses lèvres sur les lèvres de celle-ci. Il l’aimait et il n’allait quand même pas le cacher. Et puis, si elle, elle ne l’aimait plus, il était un habitué de se faire laisser par elle, donc ça serait quand même moins pire que la première fois, puisqu’aujourd’hui il était un peu préparé mentalement à ce qu’elle le rejette. Les lèvres de la jeune femme étaient comme il a de ça 3 ans, toujours douces et elle lui faisait les mêmes effets aussi, des papillons dans le ventre et il sentait son cœur battre tellement vite. Maintenant, il ne restait qu’à voir la réaction de Liliana fasse à ce baiser. À présent, elle savait. Elle savait qu’il l’aimait toujours plus que tout, mais lui il n’était toujours pas sûr de ce qu’elle ressentait réellement envers lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
E. Liliana Mancini

avatar

Féminin Messages : 179
Date de naissance : 27/11/1995
Date d'inscription : 18/06/2010
Age : 23
JUKEBOX : beautiful people - chrisbrown.
PSEUDO : senseless.
CREDITS : t'a qu'à lire.

HEY SOUL SISTER !
♣ carnet d'adresse
:
♣ j'suis plutôt ...: FUCKED

MessageSujet: Re: « and i love you more than i did before » ♥   Ven 9 Juil - 10:44

    Je me sentais moins timide qu’auparavant, tout à l’heure c’était à peine si j’arrivais à terminer mes phrases, maintenant je sens que je vais arriver à parler normalement, comme je parlais il y à trois ans. Je suis plutôt directe moi, je me contre-fou de ce que les autres pensent de moi, quand je veux dire quelque chose je le dis mais, je me doutais que quand j’allais me trouver devant Lorenzo ma timidité allé réapparaitre. Toutefois, elle commençait à se dissiper, désormais je sais quoi dire, quoi faire. J’espérais juste avoir assez de courage pour tout lui dire et j’espérais aussi qu’il me croie. Je ne pouvais pas garder tout ce que j’avais à lui dire sur le cœur, il fallait qu’il sache tout, ensuite dès que tout sera dit, je pense repartir en Italie, ce que j’ai fais à ma famille c’était mal, ils doivent être inquiets à présent, ils ne savent pas où je suis partie, ni pourquoi. Il fallait absolument que j’y retourne, pour m’excuser, surtout pour casser la belle figure de l’autre biatch, car elle le mérite bien. Cependant, je n’ai catégoriquement pas envie de le quitter une autre fois, peut être que je reviendrais le voir de temps en temps mais, je crois qu’il faudrait faire une pause, je ne sais pas, non, je n’ai pas envie de faire une pause tout compte fait. Dès qu’il saura tout ce que j’avais sur le cœur depuis ces trois ans, je partirais en Italie pour résoudre tout les problèmes que j’ai provoqué, ensuite une fois que tout sera réglé peut être que je reviendrais ici, à San Francisco sauf si Lorenzo m’apprends qu’il s’est trouvé une nouvelle petite-amie, dans ce cas-là je partirais en Italie et je ne reviendrais plus jamais, j’essaierais d’oublier qu’il m’a remplacée, j’espère du fond du cœur qu’il n’a personne, c’est un peu la raison principale pour laquelle je suis venue, pour voir si il avait quelqu’un, pour voir si lui est retombé une seconde fois amoureux de quelqu’un, il ne devrait pas avoir de mal pour ça, vu comment il est magnifique. Je trouve que personne dans la planète entière est plus beau que lui, personne. Lorenzo était unique, exceptionnel, aimable, attentionné, doux, gentil. Peut être que lui n’est avec personne mais, il doit avoir un tas de filles qui sont tombées sous son charme, je n’en doute pas une seconde ! Je trouve que je n’étais pas faite pour lui, la preuve je l’ai laissé pour une simple et fausse rumeur, je l’ai fais souffrir pour une chose qui n’était pas vrai. Moi, j’y ai cru, je suis juste tombée dans le filet que cette sal*** m’avait tendu, j’y ai cru sans même me poser des questions, je trouvais quand même ça étrange, puisque Lorenzo était très fidèle et il me le répétait sans cesse qu’il l’était, moi je n’ai même pas pensé à ça, j’y ai cru et quand je me suis rendu compte que c’était un mensonge c’était trop tard, beaucoup trop tard pour réparer ce que j’avais fais. Après je n’osais même plus aller en cours, parce que nous étions dans la même classe, je n’avais de goût pour rien et j’ai manqué l’école presque jusqu’à la fin de l’année, je suis peut être revenue une semaine avant la fin, mais j’essayais de ne pas le regarder, même si c’était complètement impossible, mes yeux étaient attiré comme des aimants, comme en ce moment. J’aimais tellement le regarder, quand je le regarde c’est comme si j’oublie tous mes problèmes, j’oublie où je suis, j’oublie tout, comme auparavant. Je me rappelle en cours, on étaient souvent à côté et au lieu d’écouter le cour on se regardaient, sans rien se dire mais, nous on se comprends très bien, encore mieux que quand on se parle puis on étaient souvent renvoyé du cour pour ensuite aller chez le directeur, nous on y allaient jamais, on sortaient du lycée pour allez dans notre endroit préféré pour passer du temps ensemble, le lendemain, les profs ne se souvenaient plus de rien, alors c’était comme ci on n’avait rien fais, comment j’aimais ces moments-là. Je regrette que tout ça, ça soit fini malheureusement, mais on était jeune et en trois ans, j’ai mûri, lui aussi d’ailleurs, ça se voit. Mais si c’était à refaire, je le referais en tout cas, surtout si c’est pour passer du temps avec Lorenzo. Je ne sais pas si lui le referait, il à dû changer c’est sûr, il ne doit plus être le garçon, fidèle d’autrefois, enfin, je dis ça mais j’en sais rien. Quand j’entendis ce qu’il me demanda, ça me fit sourire, j’étais contente qu’il se préoccupe de ça, ça voulais dire qu’il ne s’en fichait pas trop de moi, non ? « Non.. Je n’ai pas pû t’oublier, ni refaire une nouvelle vie avec quelqu’un, c’était toi que je voulais et personne d’autre.. et toi t’es avec quelqu’un ? » Voilà c’était dis, maintenant il savait que je n’avais pas pu l’oublier, ni refaire ma vie parce que c’était lui seul que j’aimais, maintenant j’espère qu’il a compris que je l’aime toujours, même autant plus qu’avant. J’en avais profité pour lui reposé la même question et j’avais peur de sa réponse, j’avais peur qu’il me disait que lui avait réussi à m’oublier, réussi à se refaire une nouvelle vie, si il me répondait que oui il est avec quelqu’un, qu’est ce que je vais faire ? Je ne vais certainement pas rester, parce que le voir avec une autre, je n’imagine même pas ma réaction. Que j’arrête de stresser, ça pouvait aussi être le contraire, peut être qu’il n’avait pas réussi lui non plus, mais ça m’étonnerais quand même un peu. Je n’avais pas encore tout dis ce que j’avais sur le cœur, il y avait encore beaucoup de choses à dire, mais comme Lorenzo à eu le courage de demander ça, pourquoi moi je n’aurais pas le courage de demander ce que je veux demander et de dire ce que je veux dire ? Enfin, si il me dit qu’il est avec quelqu’un, je partirais sans rien dire, ce que j’ai sur le cœur restera sur mon cœur, tant pis, ça sera bien fais pour moi. Voilà il avait fini ma phrase, c’était ce que je voulais dire « on serait toujours ensemble » mais je n’en ai pas eu le courage, lui il a eu le courage pour la terminer, tant mieux, j’étais sûre que si j’aurais été lui parler au lieu de le laisser sans même lui avoir laissé le temps de placer un mot, on serait toujours ensemble et ça me tue, ça me tue de savoir ça, de savoir que si j’aurais fais cette chose on serait toujours ensemble, je ne l’ai pas fait en conséquence, on n’est plus ensemble malheureusement. « Encore une fois je te comprends et moi non plus je ne pourrais jamais me pardonner pour tout le mal que je t’ai fait.. » Il savait que je m’en voulais aussi pour tout ce que je lui avait fais, combien de fois j’avais envie de me jeter de ma fenêtre, oui une idée folle, mais j’avais envie, tellement envie, je n’étais peut être pas faite pour vivre et peut être que cette idée réapparaitra dans ma tête si il me dit qu’il est avec quelqu’un, peut être que cette fois-ci je le ferais vraiment, je n’ai pas réussi à le faire parce qu’à chaque fois quelqu’un me surprenait quand j’étais sur ma fenêtre, non je ne suis pas une suicidaire, c’est juste que je ne voulais plus souffrir, pour ne plus souffrir la seule solution c’est ça non ? Quand je lui ais dis que c’était ma meilleure amie qui m’avait appris cette rumeur, j’ai vu sur ses traits qu’il était étonné, c’est vrai qu’il pouvait l’être, elle était tellement gentille en dehors mais, en dedans je viens de voir à quel point elle pouvait être garce ! Vous avez déjà vu ça vous ? Une meilleure amie qui veux faire souffrir sa meilleure amie en créant une rumeur tout pour qu’elle rompe avec son petit-ami ? Si elle a fait ça c’était juste pour se rapprocher de Lorenzo et sortir avec, si elle serait sorti avec je crois que je lui aurais arraché sa tête. « Ouais c’est elle. Parce qu’elle t’aimait, elle me l’avait avouée pendant une soirée mais, elle m’avait jurée de ne jamais nous séparer, pourtant c’est ce qu’elle a fait en créant cette rumeur de merde ! Elle était gentille juste pour que tu te rapproche d’elle. » C’était vraiment un plan diabolique qu’elle avait fait tout pour sortir avec MON Lorenzo, ah, j’ai tellement envie de la revoir, voir ce qu’elle est devenue, voir si quelqu’un à réussi à tomber sous son charme, dès que je retourne en Italie, je vais la voir en priorité celle-là, je vais lui faire ravaler ses extensions, elle va voir comment je suis quand je suis en rage, et j’espère que ça sera elle qui va se jeter de sa fenêtre, si elle le fais, je ne serais pas triste, pas du tout, je ne ressent plus aucune compassion pour elle depuis qu’elle m’a fais ça. J’aime être dans ses bras, je me sens énormément mieux, des larmes coulent encore le long de mes joues, je suis sûre désormais que c’est des larmes de bonheur que des larmes de tristesse et je ne suis plus aussi triste que tout à l’heure, je vais beaucoup mieux, c’est comme si c’est bras avaient le don de me soulager quand j’étais triste, j’aimais ça par-dessus tout. « Peut être, ouais, j’aurais tellement voulu, parce qu’attendre trois ans, c’était difficile. » C’est vrai j’aurais tellement voulu le revoir, trois ans c’était trop l’enfer sans le voir, sans son si beau visage, sans sa magnifique voix, sans ses bras protecteurs.. Je préfère attendre trois ans pour le revoir que de ne plus jamais le revoir, ah là c’était sûr que je me serais écrasé sur le goudron de la rue si je ne l’avais plus jamais revu ! Bon je crois que je vais arrêter avec cette histoire de se jeter par le haut de la fenêtre, si vous avez rompu avec votre petit-ami jetez-vous, vous oublierez tout absolument tout, non en faite, ne suivez pas mon conseil, sauf si vous voulez jetez toute votre vie par la fenêtre, sinon ne le faite pas. Quand Lorenzo me prenait dans ses bras, je me blottissais tout le temps, comme si j’essayais de me cacher du monde extérieur, comme si j’avais peur de quelque chose, maintenant je faisais la même chose, je me cachais, les gens devaient me prendre pour une folle, je m’en fou complètement de ce qu’ils peuvent penser eux, qu’ils promènent, qu’ils me font pas chier. Lorsque que Lorenzo me prit par les épaules pour me regarder, je souris, je ne sais pas pourquoi mais, j’avais une envie de sourire, ça me prend comme ça parfois. Tandis qu’il voulait me demander quelque chose, je me posais une question : Que voulait-il me demander ? Je crois avoir compris quand il s’approchait de moi, enfin plutôt de mes lèvres, que devais-je faire ? Je ne pouvais et je ne voulais pas le repousser, je l’aimais et c’est sûr que j’avais une folle envie de l’embrasser mais, je devais faire quoi ? Oh puis allez vous faire les questions, je fais ce que j’ai envie, donc je ne le repousse pas. Lorsque qu’il écrasa ses lèvres sur les miennes, j’eus tout pleins de frissons partout, mon cœur battait à cent à l’heure, cette impression que la terre tournait était revenue, c’était comme si j’allais tomber à la renverse encore une fois et c’était les même sensations à chaque fois qu’il m’embrassait. Je mis mes mains autour de son coup comme je le faisais souvent, dorénavant il devra savoir que je l’aime, si je ne l’aimerais pas je l’aurais repoussé une seconde fois, même si le jour où je lui apprenais que je le quittais j’avais envie de l’embrasser, si je l’aurais embrassé il m’aurait prise pour une cinglée. Une nouvelle question me trottait dans la tête, s’il m’a embrassé c’est qu’il m’aime toujours ou c’est juste parce qu’il avait juste une envie de m’embrasser ? Il faudrait que je demande, pour l’instant j’étais trop bien pour demander. Beaucoup trop bien même, mais je n’aurais jamais cru à ça quand je pensais à notre première rencontre depuis notre séparation.


Dernière édition par E. Liliana Mancini le Lun 12 Juil - 15:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorenzo S. Bartolzzi

avatar

Féminin Messages : 247
Date de naissance : 03/06/1995
Date d'inscription : 26/06/2010
Age : 23
JUKEBOX : ♣ cee lo green ; FUCK YOU
PSEUDO : ♣ tazer.
CREDITS : ♣ juste à lire (:

HEY SOUL SISTER !
♣ carnet d'adresse
:
♣ j'suis plutôt ...: FUCKER

MessageSujet: Re: « and i love you more than i did before » ♥   Dim 11 Juil - 16:13



Il n'y a pas d'amour sans peine, et pourtant,depuis l'aube du temps les gens s'aiment.


L'homme est parfois assez fou pour préférer le chagrin à l'oubli♥


    À présent, Lorenzo se sentait plutôt à l’aise face à Liliana. Au début il avait été pas mal surpris puisqu’il ne s’attendait vraiment pas à la voir ce matin. En fait il ne s’attendait pas à la revoir un jour dans sa vie. Pas parce qu’il ne voulait pas la revoir, loin de là, c’est juste qu’il avait peur de cette première rencontre. Certes, après leur séparation, puisqu’ils étaient dans le même lycée et en plus dans la même classe, ils devaient se croiser. Mais Lorenzo l’ignorait totalement, il ne la regardait jamais, il était dans sa phase ‘’oubli’’. Mais malheureusement cette phase n’avait pas duré très longtemps puisqu’il n’avait pas été capable de l’oublier. Il avait fini son année comme ça, dans la classe elle était souvent à côté de lui et il ne la regardait, il l’ignorait totalement. C’était son truc pour ne pas dire tout ce qu’il lui passait dans la tête, parce qu’il en avait des choses à lui reprocher à ce moment là. Plusieurs des ses meilleurs amis étaient surpris qu’il ne se remette pas avec Liliana parce qu’ils savaient eux aussi qu’ils étaient fait l’un pour l’autre, mais Lorenzo était bien trop orgueilleux pour aller lui parler. De plus, ses amis savaient eux aussi très bien que ce n’était qu’une rumeur, ils le connaissaient assez bien et savaient qu’il ne ferait jamais ça. En fait, pendant quelques mois, ses amis tentèrent tout pour qu’ils soient à nouveau en couple avec Liliana mais rien ne fonctionna. Lorenzo ne voulait rien savoir. Il voulait l’oublier et au plus vite. Mais, à ce temps là, ce qu’il avait le plus peur c’était que Liliana se trouve un autre petit ami. Il l’aimait encore tellement même s’il ne voulait pas se le dire, mais il ne voudrait surtout pas la voir avec un autre gars. Ça lui ferait tellement mal, il préférait mourir plutôt que voir ça. Heureusement, ce n’est pas arrivé et Lorenzo en était très content. Bref, à nouveau dans se pensées très profondes, Lorenzo secoua la tête pour revenir au présent, fini le passé ! Lorenzo se sentait près à lui révéler ses sentiments même s‘il savait très bien que ce n’était pas vraiment le bon moment pour le faire. Ça faisait trois ans qu’il n’arrêtait pas de penser à elle à chaque seconde de sa vie et là elle est devant lui. Il ne peut pas faire comme s’il ne l’aimait pas, malheureusement. Ça serait tellement plus simple s’il faisait semblant de ne plus rien ressentir envers elle. Il ne savait pas ce que Liliana ressentait officiellement, mais de toute façon, ça ne serait jamais aussi fort que l’amour qu’il ressent envers elle. Lorenzo en était presque certain, il aimait Liliana autant ou sinon plus qu’au premier jour, ce qui n’était pas vraiment normal après trois ans sans l’avoir vu, mais bon l’amour a ses raisons, que la raison ignore alors son cœur à décidé de rester avec Liliana gravé et Clémentina caché au fond jusqu’à ce qu’il la retrouve son nom va sûrement ressortir. Mais en ce moment il ne savait pas ce qu’il voulait. Rester avec Liliana, si elle l’aimait et si c’était possible bien sûr ou chercher encore un peu Clémentina. Il espérait que son cœur décide un jour et que ce soit au bon moment. Lorenzo avait été un peu étonné lorsque Liliana lui parlait, elle était tellement différente d’avant. Certes il savait que ça devait être aussi difficile pour elle de le revoir, mais elle n’était pas du genre à laisser des phrases en suspenses. Elle disait toujours ce qui lui passait par la tête. Lorenzo la connaissait bien, enfin il connaissait bien la Liliana d’avant, et elle se fichait de ce que les autres pensaient et disait toujours son opinion, est-ce que la Liliana d’aujourd’hui n’est plus comme sa Liliana d’avant ? Bref, ça reste toujours à voir. Après tout, lui aussi avait sûrement changé. En trois ans, les gens changent et en plus avec une situation pareille, on ne peut que grandir. Lorenzo se demandait toujours pourquoi, la vraie raison, pourquoi Liliana était ici, à San Francisco. Est-ce que c’était vraiment pour lui, ou elle avait une autre raison ? Il n’en savait rien et il ne pouvait attendre. Alors il décida de le demander, quoi de mieux que demander lorsqu’on ne le sait pas, non ? « Pourquoi tu es venu à San Francisco, pour me voir ou bien… ? » Lorenzo se trouvait un peu indiscret avec ses questions, mais il fallait qu’il sache, il était curieux de nature et il avait tellement de choses à demander à Liliana, mais il ne pouvait pas tout demander en même temps, alors il attendrait quand même un peu. Il pouvait tout de même attendre quelques minutes avant tout savoir sur la vie de la Liliana d’aujourd’hui, non ? Il ne savait pas non plus si sa visite à San Francisco était temporaire ou si elle comptait habiter ici, il ne savait rien et ça l’énervait vraiment. Il aimait être au courant de tout et là il ne pouvait pas vraiment, après tout ça ne faisait que quelques minutes que Liliana était là. Il espérait bien que ne reparte pas, pas tout de suite en tout cas, il ne voulait pas la voir le quitter à nouveau, il se souvenait de la première fois comme si c’était hier et ça faisait bien trop mal pour le vivre deux fois dans sa vie, dans une autre vie peut-être, mais là il ne faut pas exagérer non plus ! Il ne peut pas être heureux pendant quelques jours avant de se faire briser à nouveau ? C’est tout ce qu’il désire, être heureux. C’est simple pourtant, mais il en est tout simplement incapable depuis trois ans. Certes il a eu quelques mois heureux avec Clémentina, mais ça ne pouvait durer bien sûr et malheureusement. Lorenzo aimerait tellement savoir quoi faire, mais malheureusement il n’y avait personne pour lui dire ce qu’il devait faire, il ne devait pas y avoir grand monde pour le moment qui avait vécu une telle situation et lui il ne savait quoi faire. Il ne pouvait toujours pas lui dire qu’il l’aimait toujours comme le premier jour, il aurait l’air d’un fou, et surtout il ne savait toujours pas si Liliana avait quelqu’un dans sa vie. Ça lui briserait le cœur à nouveau, mais après tout Liliana était tellement parfaite, comment aurait-elle fait pour être seule pendant trois ans. De toute façon, même si elle n’avait personne dans sa vie, peut-être est-ce qu’elle avait fait comme lui mais que ça n’avait finalement servi à rien. Lorenzo regrettait cette époque, qui n’était pas si lointaine, ça ne lui avait rien donné. Certaines personnes lui avaient conseillé, pour oublier une fille, il fallait en voir plusieurs autres en même temps. Bref, coucher avec n’importe qui, mais des histoires d’un soir, on ne la revoit pas après, aucuns sentiments, que du sexe. Peut-être que ça avait fonctionné pour d’autres, mais pour Lorenzo ça ne donnait rien. Il pensait toujours et peut-être encore plus à Clémentina et Liliana. Pour lui, coucher avec quelqu’un c’était parce qu’on l’aimait vraiment mais il avait mis de côté ses principes et avait écouté les personnes qui lui avaient conseillé ça. À présent, il regrettait. Même s’il n’était plus avec Liliana officiellement à ce moment là, il se sentait comme s’il n’avait pas suivi ses promesses de ne jamais la laisser et de ne jamais aller voir ailleurs. Certes elle l’avait quitté mais lui se sentait mal d’avoir fait ça, même s’il n’était plus avec Liliana depuis un bout. Pourtant, quand il était avec Clémentina, il ne se sentait pas comme ça. Il ne se sentait pas comme s’il trompait Liliana, c’était vraiment étrange. Mais, en ce moment, même s’il ne devrait pas, il se sentait un peu mal, lui il avait été avec Clémentina pendant un moment, mais il ne l’avait jamais oublié puisque son nom était gravé sur son cœur pour toujours, mais lorsqu’il était avec Clémentina, il l’avait un peu… oublié. C’est comme s’il avait aimé deux personnes en même temps, mais c’était presque impossible pourtant, comment on peut aimer deux personnes en même temps ? Il ne pouvait pas dire à Liliana qu’il l’avait oublié pendant un moment lorsqu’il était avec une autre fille et qu’aujourd’hui il l’aimait plus que tout elle et Clémentina aussi même s’il ne l’avait toujours pas retrouver, non il ne pouvait pas lui dire ça. Mais il se sentait incapable de mentir à Liliana, il n’avait jamais été capable et ne le serait pas plus aujourd’hui. Il sentait trop faible pour cacher qu’il a tenté de l’oublier en couchant avec n’importe qui puis en étant avec quelqu’un d’autre, mais il le devait pourtant. Sauf si Liliana lui disait qu’elle était en couple, ça changerait tout. Mais après tout, il fallait un peu qu’il s’en attende, même s’il ne voulait pas, il priait mentalement pour qu’elle ne le soit pas. Mais, en y repensant, sa question n’avait pas été est-ce que tu as eu quelqu’un, mais est-ce que tu as quelqu’un là. S’il disait non, ça serait vrai donc il n’aurait pas à mentir. Il y avait des personnes pourtant qui n’avaient pas de difficulté à mentir, comme cette personne qui a lancé cette rumeur. Lorenzo la maudit même s’il ne sait toujours pas c’est qui. Il lui arracherait bien la tête s’il avait cette personne devant lui. Il avait une telle haine envers cette personne, ce n’était juste pas possible. Il savait bien que c’était sûrement quelqu’un au lycée mais il ne savait pas qui. Qui pouvait bien le détester à ce point pour dire ça de lui ? Il ne l’avait jamais su puisque même au lycée il n’avait jamais reparlé à Liliana, de plus, elle était souvent absente. Elle ne voulait pas le voir sûrement. Mais, elle avait été obligée d’y retourner à la fin pour les examens et tout. Ça lui brisait totalement le cœur de devoir l’ignorer. Il sentait son regard posé sur lui en cours, mais lui fuyait son regard comme la peste. À présent, Lorenzo était obligé de la regarder et ça lui brisait tout de même le cœur. Il se rappelait de ses moments où il l’ignorait ou il passait à côté d’elle sans la regarder. Aujourd’hui il la regardait comme si rien n’était arrivé, mais son cœur souffrait encore. Mais il aimait la regarder, elle était belle. Mais elle n’avait pas l’air aussi heureuse que lorsqu’ils étaient en couple. Elle n’avait pas les petites étincelles qu’elle avait dans les yeux qu’elle avait avant. Mais elle était toujours belle, la plus belle que Lorenzo n’a jamais connu. En la regardant pendant plusieurs minutes, il trouvait qu’il y avait une ressemblance entre elle et Clémentina, mais ça devait sûrement être son cerveau qui faisait ça, aimant ses deux jeunes femmes, il devait trouver qu’elles se ressemblent. Avant, il adorait la regarder, mais en la regardant c’était comme s’il communiquait, comme s’ils étaient connectés ensemble. Il avait tellement passé de bon moment avec elle. Puisqu’ils étaient souvent l’un à côté de l’autre en classe, ils se regardaient tout simplement et se fichaient bien de ce que le professeur disait. Certaines personnes trouvaient ça étranges qu’il ne fasse que se regarder, qu’ils ne se parlent pas, mais ils se parlaient ils se comprenaient eux. Toutefois, puisqu’ils n’écoutaient pas, ils se faisaient tous les deux renvoyé du cours et il devait aller chez le directeur. Mais, il n’y allait jamais. Ils partaient ensemble du lycée et passaient leur temps ensemble. Ils ne pouvaient pas retourner chez eux puisque leurs parents auraient sûrement demandé pourquoi ils étaient là. Lorenzo adorait quand ils faisaient ça, c’était bien plus intéressant que rester en cours ! Mais, dans un sens il détestait toujours Liliana, si elle ne l’avait pas laissé, ils auraient encore pu faire ça pendant longtemps. Ils auraient encore eu des millions de bons moments comme ça, complices comme ils étaient, mais non au lieu de ça il a souffert pendant ses trois années au lieu de passé de bons moments. Lorenzo fût un peu surpris de la réponse de Liliana à sa question qu’il redoutait tant. Mais si elle n’avait pas réussi à l’oublier, est-ce qu’elle l’aimait toujours ? Ou est-ce qu’elle ne voulait tout simplement plus connaître l’amour à cause de lui ? C’était lui qu’elle voulait, c’était. Ce mot tourna dans la tête de Lorenzo pendant un moment, c’était lui qu’elle voulait, mais est-ce toujours lui qu’elle voulait. Après avoir répondu, même si ça laissait tout de même Lorenzo pleins de questions, elle lui demanda si lui avait quelqu’un, il s’en doutait bien qu’elle allait lui demandé aussi, mais il préférait répondre que de ne pas savoir pour elle. « Bahh.. euhh, non.» Ouf quelle belle réponse ! Il aurait tout de même pu se forcer pour qu’un simple non sorte de sa bouche. Il avait l’air hésitant, mais il ne voulait pas lui dire qu’il l’avait oublié pendant un instant avec Clémentina et qu’il avait tenté de l’oublier en couchant avec n’importe qui ! Elle ne devait pas le savoir, en tout cas pas pour le moment. Mais en repensant à la réponse de Liliana, elle lui avait bien qu’elle n’avait pas pu l’oublier ? Ça veut dire qu’elle pense toujours à lui là ? Lorenzo aurait tellement aimé lui faire un questionnaire de 10 000 questions, mais il ne pouvait pas, il devait se contenter des réponses qu’elle lui donnait, sans trop poser de questions après. Il ne savait pas si elle l’aimait toujours, il ne savait pas grand-chose en fait. Toutefois, il savait que lui il l’aimait du plus profond de son cœur, et en même temps la déteste tant de l’avoir laissé pour rien. Bref, il est mêlé lui aussi, il ne sait même pas s’il l’aime plus qu’il la déteste. Mais sûrement, enfin il l’espère. S’Il avait dit ce qu’il s’était passé dans sa vie ses trois dernières années, comment aurait réagi Liliana ? Est-ce qu’elle aurait trouvé ça totalement normale ? Est-ce qu’elle a fait ça aussi ? Ou est-ce qu’elle serait partie, sans continuer leur conversation ? Il avait préféré ne pas lui dire, ayant peur da sa réaction. Liliana était imprévisible alors il ne savait vraiment pas comment elle aurait réagi. Avant Lilian et Lorenzo finissait toujours les phrases de l’autre, il savait ce que l’autre voulait dire, sans même l’avoir dit. Aujourd’hui, il avait compris ce qu’elle avait voulu dire, mais lui il l’avait dit. Il avait prit son courage à deux mains et il l’avait dit puisqu’il savait qu’ils seraient sûrement encore ensemble, ils s’aimaient tellement à ce moment là. Certes Liliana le comprenait, mais ce n’était pas elle qui s’était fait laissé, sans même le droit de placer un mot, de dire que ce n’était pas vrai. Ça l’avait tellement frustré de ne pas au moins pouvoir lui dire que ce n’était pas vrai, que c’était un mensonge, mais après cette journée, il n’avait pas eu le courage de lui reparler, il préférait l’oublier. « Tu me comprends, mais c’est pas toi qui t’a fait laissé à cause d’une rumeur ! » Encore une fois, Lorenzo avait laissé ses paroles s’emporter, mais il savait bien qu’il aurait été préférable qu’il ne dise rien, ça le frustrait, ça le frustrait carrément. Après tout, il n’avait pas encore vu Liliana depuis leur séparation, alors tous ce qu’il avait ressentis ressortaient aujourd’hui. Mais en même temps, il voyait bien que Liliana regrettait de l’avoir laissé sans lui avoir donné la chance de lui expliquer que c’était faux. À présent il savait qui avait lancé cette rumeur, mais il ne comprenait toujours pas pourquoi. Elle était plutôt gentille comme fille. Après tout, quand on est en couple, on essait d’être sympathique avec les amies de notre petite-amie. Lorenzo eut un choque quand Liliana lui dit que c’était parce que sa meilleure amie l’aimait. QUOI ? Elle l’aimait ? Mais une meilleure amie ne peut PAS aimer le petit copain de sa meilleure amie, c’est juste impossible. Maintenant il comprenait qu’elle avait dit ça pour les séparer, comme si Lorenzo aurait sorti avec elle après ça, c’était tout simplement impossible. Elle lui avait enlevé sa Liliana, il ne pourrait pas sortir avec elle, impossible, tout simplement impossible. « Elle m’aimait ? C’était une bonne amie en ! Moi qui l’a trouvait pourtant sympa… » Lorenzo regrettait d’avoir été gentil avec elle. Il regrettait de lui avoir parlé de temps en autre. Il voulait être gentil avec les amies de Liliana pour qu’elles ne disent pas du mal de lui à Liliana. Pour que Liliana garde tout de même ses amies même si elle était en couple avec lui. Mais aujourd’hui s’il la voyait elle il lui dirait bien le fond de sa pensée. En plus, elle lui avait dit qu’elle l’aimait mais qu’elle ferait rien pour les séparer, premièrement elle ne suivait pas ses promesses et deuxièmement elle l’avait séparé de sa Liliana et troisièmement elle espérait qu’il l’aime après tout ça ? Elle était folle ou quoi ?! Lorenzo aimerait bien la revoir, après tout maintenant il peut retourner tranquille en Italie, il pourrait finalement revoir sa famille et il aimerait bien voir ce qu’elle fait de sa vie elle cette sale garce ! Mais maintenant, fini de penser à la garce d’ex meilleure amie, il se sentait bien et préférait l’oublier pendant un instant, il reviendrait sur son cas un autre moment. Il se sentait bien comme ça et voulait profiter du moment. Ça faisait trois ans qu’il n’avait pas eu Liliana dans ses bras, il aimait tellement ça, alors autant en profiter pendant qu’elle ne le repousse pas. Lorenzo sécha ses larmes, il ne voulait plus la voir pleurer et il fallait qu’il commence par lui arrêter ses larmes, puis celle de Liliana. Il n’aimait vraiment pas la voir comme ça. Mais en la regardant, il vit qu’elle avait des larmes sur ses joues, mais il croyait bien que c’était des larmes de joie, elle était contente d’être dans ses bras. Il était bien comme ça, il aimait sentir Liliana proche de lui, c’était comme s’il pouvait la protéger de tout autour. À présent, Lorenzo regrettait. Il aurait tellement dû lui répondre, il aurait pu au moins la revoir, lui parler mais non, il avait fait sa tête dure et l’avait ignoré. Trois ans c’était beaucoup trop ! « J’aurais du te répondre, je suis désolé ! Trois ans c’est trop… » Il le pensait vraiment. Trois ans à attendre, à ne penser qu’à elle, c’est bien trop ! Ou il aurait du lui répondre, il aurait pu entendre sa voix, sa belle voix. Peut-être qu’il ne l’aurait pas vu, mais au moins il l’aurait entendu. Lorsqu’elle l’appelait, il savait bien qu’elle avait compris que ce n’était pas vrai, mais il était trop tard pour lui, à ce moment là, il ne pouvait tout simplement pas revenir en arrière. Certes, s’il avait répondu il n’aurait peut-être pas pu la voir, mais il aurait pu lui parler et ça lui aurait sûrement fait tellement de bien. Mais au moins, elle était là. Au début, il ne voulait plus la revoir de sa vie, mais finalement ça faisait tellement du bien de la revoir, de pouvoir la prendre dans ses bras. Il ne saurait ce qu’il aurait fait les autres jours s’il ne l’avait pas vu aujourd’hui. Après tout, c’était grâce à elle s’ils s’étaient revus, sinon Lorenzo ne serait jamais retourné en Italie, de peur de la revoir. Mais finalement, ça fait longtemps qu’il aurait dû aller en Italie pour la voir elle et sa famille, il s’ennuyait tant. Lorenzo avait toujours Liliana dans les bras, il était bien alors pourquoi la lâcher ? Il était habitué à ce qu’elle fasse comme si elle se cachait contre lui, il trouvait ça drôle, mais lui se sentait aussi comme s’il la protégeait de tout, y compris de lui. Lorenzo n’arrêtait pas de penser à ce qu’il devait faire, ou ne pas faire. Puis, il décida de laisser son cœur allé, d’arrêter de penser, de demander. Après tout, aucunes règles n’étaient encore faite, alors il pouvait faire ce qu’il voulait et ce qu’il voulait c’était embrasser Liliana même s’il savait que ce n’était peut-être pas la chose à faire en une telle situation, mais il se fichait bien de ça. Il espérait juste qu’elle ne le repousse pas à nouveau, ça lui briserait tellement le cœur, mais il devait quand même s’y attendre un peu, juste au cas où. Liliana avait souris lorsqu’il l’avait prit par les épaules pour la reculer un peu de lui. Elle était belle, elle avait finalement retrouvé les petites étincelles qu’elle avait avant des les yeux et ça la rendait tellement adorable. Il aurait tout donné à ce moment pour savoir à quoi elle pensait. Il n’avait pas été très clair dans ce qu’il avait dit, puisqu’il avait changé d’idée à dernière minute. Il aurait aimé savoir à quoi pensait Liliana à ce moment là. Il aurait aimé savoir sa réaction dans ses pensées lorsqu’elle avait compris, lorsqu’il s’était rapproché d’elle, non lorsqu’il s’était rapproché de ses lèvres. Toutefois, il ne lisait pas ses pensées, donc il devrait donc attendre sa réaction physique plutôt que sa réaction dans ses pensées. Il avait prit un gros risque elle lui dévoilant comme ça ses sentiments, il espérait de tout cœur qu’elle ne le repousse pas, ça lui briserait à nouveau le cœur et il ne savait pas s’il était capable de supporter ça. Avant, Lorenzo aimait tellement embrasser Liliana et ça n’avait pas changé. Le cœur de Lorenzo recommença à battre fort, bien trop fort. Il se sentait bien mais en même temps était angoissé. Il ne savait pas s’il était un peu trop tôt pour faire ça, en fait il ne savait rien et là était le problème. Il se sentait bien puisqu’il l’aimait tellement, mais en même temps il la détestait de l’avoir fait souffrir. Mais pour le moment il préféra se concentrer sur l’amour plutôt que la haine. Puis, il sentit les mains de Liliana autour de son cou, comme elle le faisait avant. Ça voulait dire qu’elle l’aimait, mais à quelle point ? Au moins, il était heureux qu’elle ne l’aille pas repoussé. En fait, elle c’était même rapprochée de lui. Les lèvres de Liliana lui avait tellement manqué, il adorait l’embrasser, et après trois ans, ce n’est pas trop tôt. En plus, la journée qu’elle l’avait quitté elle ne l’avait pas embrassé, en plus il le désirait tellement après deux jours sans elle. En ce moment, Lorenzo espérait seulement qu’elle l’aime autant que lui l’aime. Lorenzo ne comptait pas mettre fin à ce baiser que pour demander. Il n’aurait tout simplement jamais pensé que sa première rencontre avec Liliana depuis leur rupture serait comme ça. En fait, il n’y avait tout simplement jamais pensé, donc ça le surprenais encore plus. Pendant un instant, il se rappela qu’ils étaient dans un parc public. Lorenzo ria mentalement tout en embrassant Liliana. Les personnes qui avaient décidé ce matin d’aller passé un peu de temps dans le parc avait un beau spectacle devant eux. Deux personnes qui au début pleuraient tous les deux, puis qui se sont pris dans les bras et pour finir qui s’embrasse. Encore mieux qu’un film romantique quoi ! Mais, pour le moment, Lorenzo se fichait bien de tout ce qui se trouvait autour d’eux, tout ce qu’il voyait c’était sa belle Liliana et tout ce qu’il entendait c’était la belle voix de Liliana. Comme s’il n’y avait rien autour et qu’ils n’étaient qu’eux ensemble, pour le moment. Tout en l’embrassant, Lorenzo caressa les beaux cheveux soyeux à Liliana, il avait toujours adoré jouer avec ses cheveux. À présent, il savait qu’il l’aimait bien plus qu’il la détestait. Certes il n’oublierait jamais ce qu’elle lui a fait, comment elle lui a fait mal, mais il devait passer à une autre étape à présent. Passer par-dessus sans l’oublier, mais plutôt être plus fort que ça et être capable de passer à autre chose. Et passer à autre chose pour le moment était être avec sa Liliana.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
E. Liliana Mancini

avatar

Féminin Messages : 179
Date de naissance : 27/11/1995
Date d'inscription : 18/06/2010
Age : 23
JUKEBOX : beautiful people - chrisbrown.
PSEUDO : senseless.
CREDITS : t'a qu'à lire.

HEY SOUL SISTER !
♣ carnet d'adresse
:
♣ j'suis plutôt ...: FUCKED

MessageSujet: Re: « and i love you more than i did before » ♥   Mar 13 Juil - 22:31

    Désormais, j’étais heureuse, l’inverse de ce que j’étais au début de cette rencontre avec Lorenzo. C’est assez étrange de changer d’humeur comme ça en si peu de temps, vous pouvez passer de la tristesse à la joie, de l’amour à la haine et vise versa. Au départ, quand je les vu pour la première fois depuis les trois ans, j’étais quand même contente de le revoir, car trois ans c’est beaucoup, beaucoup trop long. Mais tout de suite mon humeur avait viré vers la tristesse, certes je m’étais doutée que ça allait mal ce passer notre première rencontre depuis notre séparation, maintenant vu la tournure des événements je suis redevenue heureuse, j’espère juste ne pas retomber dans la tristesse d’un moment à l’autre. Et pour ne pas retomber dedans, il ne fallait plus que je repense à la journée de notre séparation, mais je crois que cette journée fait partie de ma vie et qu’elle restera à jamais dans mes pensées quoi qu’il puisse arriver. Ce que je n’oublierais jamais, oh jamais c’est quand on était en cours, ça me manquait nos heures qu’on passait juste à se regarder, ça me manquaient tellement. A la place, on s’ignoraient c’était très dur parce qu’on étaient côte à côte, je n’arrivais pas à l’ignorer, quelque fois, je le regardais, surtout quand il était en train d’écrire son cour, je ne pouvais pas résister à son air concentré, alors il fallait que je le regardais cependant, lui, m’ignorait et ça me brisais le cœur donc, pour ne plus souffrir je n’allais plus en cour, je séchais, je ne pouvais pas rentrer chez moi, mes parents étant toujours dans cette maison allait me surprendre et m’obliger à retourner en cours, j’allais dans nos endroits préférés, où on aimaient se réfugier quand on séchait les cours, enfin plutôt au lieu d’aller chez le directeur, on sortait de l’école pour être ensemble, de toute façon en classe on n’écoutait rien, autant ne pas y allez, on ne pouvait absolument pas rentrer chez nous, n’y allez chez l’un ou l’autre, nos parents ne travaillaient pas, j’allais être morte s’ils apprenaient que je séchais les cours, on étaient alors obligé de ce trouver un endroit rien qu’à nous, oui rien qu’à nous, personne ne connaissait cet endroit, mis à part nous, c’était comme notre deuxième maison, sauf que là, ils n’y avaient que nous, comme-ci c’était notre deuxième maison. J’ai toujours ce flashback, de cette salope de meilleure amie, je me rappelle quand j’ai rompue avec Lorenzo, je suis tout de suite partie la voir, parce que c’était elle qui m’avait annoncé qu’il me trompait, quand je lui avais dis que je l’avais quitté, elle m’a félicité, me disant qu’il n’était pas assez bien pour moi, qu’il n’en valait pas la peine ect. Même si moi je pensais tout le contraire, j’étais jeune, conne, naïve, sensible et c’est en grandissant que je me suis rendue compte à quel point Lorenzo comptait pour moi, qu’il restera à jamais mon plus bel amour, que personne ne pourra le remplacer, malgré mes tentatives pour l’oublier avec d’autres gars, ce conseil là c’est encore cette pourrisse qui me l’à donner, à cette époque là je n’écoutais qu’elle, c’est vrai qu’elle était la seule à me réconforter quand je passais mes journées à pleurer, dire que tout ça c’était des mensonges, je parie qu’elle était heureuse de me voir pleurer. Bref, ah oui, ce conseil c’est elle qui l’a donné, apparemment si je couchais avec des gars j’allais l’oublier, ce premier conseil ne marcha pas, je continuais constamment à penser à lui, deuxième conseil c’était de me trouver un autre petit-ami, je n’ai même pas voulu essayer ça, de toute façon je n’allais pas réussir à l’oublier même si j’avais une nouvelle relation. En mûrissant, j’ai pris mes distances avec cette pseudo meilleure amie, sans elle je me sentais déjà mieux, quand elle me parlait on aurait dit qu’elle faisait tout pour que je repense à Lorenzo, alors ne plus jamais la revoir me fera certainement du bien. A présent, plus personne ne décide de ma vie, je fais ma vie moi-même, je suis le maître de mes actes, je ne me laisse plus faire comme avant, je suis indépendante, j’ai changée, je ne suis plus la petite fille naïve, sensible, qui se laissait faire par tout le monde, je suis complètement différente maintenant. Je suis devenue agressive, c’est le seul moyen que j’ai pour ne plus souffrir, si un gars m’aborde je l’envoie balader ce que je n’aurais pas osé faire auparavant. C’est comme-ci je m’étais créer une sorte de voile protecteur pour ne plus jamais souffrir. Mais ce voile ne marche pas tellement, je souffrais chaque secondes de plus en plus, je me posais beaucoup de questions, j’étais venue certes à SF pour le revoir, mais j’avais peur, peur de le voir dans la rue main dans la main avec une fille, j’imaginais pleins de scénario, ce qui me faisais souffrir de plus en plus, mais je n’arrivais pas à penser à autre chose, c’est ça quand l’amour vous tiens vous ne pouvez pas vous en débarrasser. Je m’étais fais tout ce soucis pour rien, je ne sais pas s’il est avec quelqu’un, en tout cas, sa petite amie n’est pas là, donc ça veut peut être dire que lui aussi est resté célibataire, même si je ne serais pas très convaincue, comment pourrait-il être célibataire ? Lui surtout, le plus beau de toute la planète ! On était toujours enlacés, j’avais toujours cette sensation assez étrange à chaque fois qu’il me prenait dans ses bras, sauf que là c’était encore plus fort, c’était devenu évidant : Je l’aimais toujours, mais beaucoup plus qu’avant, beaucoup plus. J’avais peur de lui avouer, j’avais peur qu’il se foute de moi, qu’il me dise qu’il me détestait, que je n’étais plus rien pour lui, j’attendrais le bon moment pour lui avouer, si un bon moment se présente bien sûr, sinon je le garderais pour moi à jamais. Désormais je me sentais moi-même, je n’avais plus à faire la timide, car oui au départ j’étais timide, la preuve je me finissais même pas mes phrases ça m’étonnais un peu, car je n’étais pas comme ça, mais ma timidité s’est évaporer, maintenant la vraie Liliana était revenue. « La principale raison c’était oui, pour te voir, mais je suis aussi venue pour voir ma sœur que je n’ai jamais vu. » C’était plus pour Lorenzo que j’étais venue ici, j’en ai profité car ma sœur habite aussi ici, mais ça je l’ai su il n’y a pas longtemps, si j’ai tout quitté en Italie, c’était tout simplement pour revoir Lorenzo. J’avais une question qui me tracasser la tête, je voulais être sûre d’une chose, je voulais savoir si c’était pour ne plus me voir qu’il est venu habiter à San Francisco, pour ça aussi j’attendais le moment idéal pour le demander, j’avais l’intention d’habiter ici, mais s’il m’avoue qu’il est avec quelqu’un et si c’est pour m’éviter qu’il à fuit l’Italie, je partirais de cette ville pour retourner dans mon pays natal, le but de ma venue ici c’est que je veux juste avoir les réponses à mes questions, rien de plus, après s’il le souhaite, je partirais, je m’effacerais de sa vie à tout jamais. Je ne sais pas si je serais vraiment capable de le quitter une deuxième fois à nouveau, je ne sais vraiment pas si j’arriverais à supporter une nouvelle fois d’être loin de lui, j’accepterais son choix. J’aimerais tellement en ce moment lui poser toutes les questions que j’ai dans la tête, j’aimerais être sûre, j’aimerais savoir la vérité, ce que j’aimerais le plus, c’est qu’il me réponde qu’il n’y à pas de petite-amie, bon je l’avoue, je ne lui ai pas demandé s’il y en avait eu une, car je me doutais de ça réponse, je m’attendais à ce qu’il me dise que oui il y en avait eu une, même si c’était dans le passé, mon cœur se serait brisé en mille morceau, donc je n’ai pas préféré demandé ça, j’ai privilégier le présent en espérant qu’il ne me dise pas qu’il a une petite amie, je crois que je tomberais dans les pommes s’il m’annoncerait ça, enfin, je ne sais pas comment je réagirais.. La vie est faite de surprise, il faut donc s’attendre à tout, ça peut nous tomber dessus au moment où on ne l’attend même pas. J’étais extrêmement soulagée quand il m’avoua que non, il n’était avec personne, mais ce qui m’a troublé c’est la façon dont comment il à répondu, il avait l’air assez hésitant, j’avais peur que ce non cachait des choses, cependant, je ne voulais pas lui demander pourquoi il à l’air si hésitant, c’est une question beaucoup trop indiscrète, puis s’il y avait une petite amie tant mieux pour lui, je n’allais pas m’opposer non plus. L’important c’est qu’il m’a répondu non, alors pourquoi recommencer à me faire un tas de scénario, non c’est non c’est pas oui, point final. Il n’y avait pas que moi qui avait changé, lui aussi, il commençait à être gentil, doux, comme il l’était avant, mais tout d’un coup son humeur vira vers l’agressivité ? Si je n’aurais pas changé, je n’aurais certainement pas répondu ou autre, à présent je ne suis plus sensible comme avant, donc je ne ressentais plus ce que normalement je devrais ressentir, pour moi c’est comme si il avait parlé normalement mais avec un autre ton. « Non c’est pas moi ! Mais ça aurait peut être pu être l’inverse. » Certes, ce n’étais pas moi qui m’était faite larguée à cause d’une rumeur, mais ça aurait bien pu être l’inverse, peut être que si son meilleur ami aurait inventé une rumeur juste pour nous séparer, il y aurait cru. Quand je lui ais annoncé que c’était mon ex-meilleure amie qui m’avait dit cette rumeur, il avait une de ces tête, en même temps logique, on ne peut être que choqué en apprenant ça, depuis quand les meilleures amies inventent des rumeurs pour casser le couple ? Je pense que pas beaucoup de gens ont déjà vécu ça, ce qui m’énervais le plus c’est qu’elle avait très bien réussi son coup, la seule chose qu’elle n’a pas réussi à faire c’était de sortir Lorenzo, heureusement pour elle, sinon je l’aurais tuée, même si je vais la tuer une fois en Italie. Ce qui aurait été bien, c’est de ne l’avoir jamais rencontrée, comme ça rien de tout ça ne se serais passé, j’aurais préférée qu’elle ne voie jamais le jour, ça m’arrangerais en quelque sorte, malheureusement elle est née et à fait de ma vie un enfer. « Oui, elle ne me l’avait jamais dit, mais ça se voyait tellement ! Elle à fait exprès d’être sympa avec toi, comme ça tu te rapprochais d’elle et voilà quoi. » Le pire dans tout ça, c’est qu’elle avait d’autre amies, pourquoi elle ne l’avait pas fait sur l’une d’elles, pourquoi sur moi justement ? Bon, j’avoue que Lorenzo était plus beau que les petits-amis de mes amies, mais pourquoi ? Elle me disait tout le temps que jamais elle me fera du mal, ça voulait dire que depuis le début, notre amitié c’était un mensonge, du moins pour elle, conne comme j’étais je n’ai rien vu venir. Qu’est ce que j’étais bien dans ses bras, ça m’avait tellement manqué, j’étais tellement habituée à ça, que je faisais toujours des câlins à mon nounours en pensant que c’était lui que je serrais bien fort, bah quoi ? C’est bien de rêver, mais ce qui est encore mieux c’est d’être dans la réalité comme maintenant, j’étais tellement bien, maintenant je n’avais même plus envie de me détacher de lui. Je sentis qu’avec des doigts il séchait mes larmes, je souriais même s’il me voyait pas, je souriais, j’étais tellement heureuse en ce moment précis. Malgré tout, d’autres larmes coulaient le long de mes joues, j’étais certaine désormais que c’était des larmes de joie, même si j’ai envie d’arrêter de pleurer, elles coulent toute seule et ça je ne pourrais rien y faire. « Arrête de t’excuser, ce n’est pas grave, mais c’est sûr que trois ans, sans te parler et sans te voir, c’était beaucoup trop long. » Voilà c’était enfin sortir, trois ans sans le voir et sans lui parler c’était extrêmement vraiment trop long. A l’époque je savais qu’il n’allait jamais me répondre, mais j’essayais quand même, ça aurait été tellement bien s’il avait répondu, au moins entendre sa voix, ce qui aurait été encore mieux c’était de le voir, mais comme il ne répondait jamais, je n’ai pas pu lui parler, ni le revoir. C’est pour ça que je suis venue à San Francisco, pour le revoir et pour m’expliquer, surtout m’expliquer, j’étais contente sur ce point, je m’étais assez expliqué, mais je n’avais pas encore fini de lui avouer des choses, il faut que je trouve juste le courage nécessaire pour lui avouer. J’avais peur d’aller l’aborder au départ, là je suis heureuse d’être partie lui parler, bon je l’avoue, au départ de notre conversation j’étais extra triste, mais désormais je ne m’étais jamais sentie aussi heureuse qu’aujourd’hui, surtout depuis que j’ai sentis ses lèvres contre les miennes, c’était certain, mes sentiments envers lui étaient bien plus forts qu’auparavant, j’avais des sensations que je n’avais jamais eu, mon cœur battait beaucoup plus fort, j’avais des frissons partout, je commençais à avoir chaud, bref, tout ça c’était nouveau, des nouvelles sensations que jamais je n’avais eu avant. Mais je me demandais une chose, est-ce qu’il m’aimait vraiment ou il m’avait juste embrassé pour soulager ses pulsions ? Je me demandais vraiment, mais je n’avais pas du tout envie d’arrêter ce baiser, depuis le temps que j’attendais ça, même si je pensais que je n’allais plus jamais pouvoir l’embrasser. Je devais faire quoi là ? Lui demander pourquoi il m’avait embrassée ou ne rien demandé et rester avec cette question dans la tête ? C’était le moment de prendre mon courage entre deux mains et j’espérais vraiment qu’il n’allait pas m’en vouloir ou quelque chose dans le genre, je fais juste ça pour avoir la conscience tranquille rien de plus. Je me reculais de lui. « Pourquoi.. pourquoi tu m’as embrassée ? Si c’était pour me faire souffrir par la suite c’était pas la peine. » Merde, cette dernière phrase étaient sorti toute seule de ma bouche, je ne voulais pas dire une phrase qui allait casser tout, pourtant c’est ce que j’avais fais, j’avais tout fais foiré, mais j’ai dis cette phrase parce que tout à l’heure quand il m’avait répondu que non, il n’y avait pas de petite-amie il avait l’air hésitant, j’avais trop peur qu’il y en avait une, j’aurais trop souffert, alors je préférais être franche avec lui. Il fallait aussi que je lui pose cette question, je voulais savoir la vrai réponse, je voulais savoir s’il m’aimait comme je l’aimais, ou si c’était juste parce qu’il avait juste envie. Je le regardais les yeux pleins d’espoir et aussi de regrets, je regrettais un peu ma dernière phrase, mais cette satané bouche à préféré parler sans me prévenir, je ne voulais pas que ça cassait toute l’ambiance, mais je voulais juste être sûre, pour ne pas penser des choses qui étaient fausses, pendant un moment, je regardais autour de nous, tous les gens étaient assis sur des bancs et nous regardaient, qu’est ce qu’il avait ? Ils n’étaient pas au cinéma, juste dans un parc et le parc c’est fait pour promener, pas pour regarder les gens, je fixais les gens qui étaient sur le banc juste à côté, leur fais une grimace, bah quoi ? Ils n’avaient pas qu’à me regarder et ils auraient rien vu. Ah, ils c’étaient enfin décidés à partir, on va être vraiment calme, même si ça me dérangerais pas qu’il y a des gens autour, mais je n’aimais pas la façon dont ils nous regardaient. Le banc était à présent libre, comme je commençais à avoir mal aux jambes à force d’être debout, je lui pris la main et l’emmenai vers le banc pour qu’on s’assoie. Parce que franchement je n’en pouvais plus moi, mes jambes me fessais grave mal, heureusement que ma grimace à fais peur à ces deux là et qu’ils sont partis, sinon on serait encore debout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorenzo S. Bartolzzi

avatar

Féminin Messages : 247
Date de naissance : 03/06/1995
Date d'inscription : 26/06/2010
Age : 23
JUKEBOX : ♣ cee lo green ; FUCK YOU
PSEUDO : ♣ tazer.
CREDITS : ♣ juste à lire (:

HEY SOUL SISTER !
♣ carnet d'adresse
:
♣ j'suis plutôt ...: FUCKER

MessageSujet: Re: « and i love you more than i did before » ♥   Mer 28 Juil - 17:09


      ▬ When you look me in the eyes, And tell me that you love me. Everything's alright, When you're right here by my side. When you look me in the eyes, I catch a glimpse of heaven. I find my paradise, When you look me in the eyes♥.

    Qui aurait bien pu penser qu’en ce beau matin ensoleillé et plutôt chaud, Lorenzo, qui désirait que faire du jogging avec de la musique dans les oreilles, rencontrerait son ex petite-amie qu’il aime encore plus que jamais, malheureusement. Ça aurait tellement été moins compliqué de l’oublier et de refaire sa vie comme un garçon normal quoi ! Mais non, il a fallu qu’il garde son nom gravé à jamais sur son cœur, c’était quoi l’idée ?! Certes il ne s’y attendait pas, mais il ne s’attendait pas non plus à pleurer, à sourire. Bref, pleins d’émotions différentes le percutaient en même temps. C’était vraiment… étrange ! Comment peut-on aimer une personne tellement fort et la détester pour ce qu’elle vous a fait vivre en même temps ? Certaines personnes trouveraient ça impossible, mais lui c’est ce qu’il ressentait envers Liliana, il ne savait quoi faire de ses sentiments pourtant si différents. Lequel était plus fort ? Il devait bien y en avoir un plus fort, non ? Lorenzo commençait vraiment à être tanné de tous ses regards envers un, est-ce qu’ils ont fait quelque chose de mal ? Certes leur première rencontre était digne d’un film d’Hollywood, mais quand même, on n’observe pas les gens comme ça ! Lorenzo ne pensait qu’à une chose dans sa tête, LA journée, la journée qui avait peut-être toute changée sa vie, soit la journée de sa séparation. Non, la journée où il s’est fait laissé à cause d’une rumeur ! Il aurait bien aimé oublier pendant quelques instants cette foutue journée, mais elle était toujours présente dans sa tête. Il aimerait se concentrer sur ses sentiments envers Liliana pour être sûr de ce qu’il ressent. Certes il était tellement heureux de la revoir, trois ans sans revoir l’amour de votre vie, enfin peut-être, c’est long… TROP long ! Assurément il l’avait vu après cette fameuse journée, mais il tentait alors d’enlever de sa tête qu’elle était juste à côté d’elle, qu’il pourrait la coller à tout instant, qu’il pourrait tout simplement regarder ses beaux yeux qui en disent tant à chaque moment, mais à ce temps là, il tentait tout pour l’oublier. Mais oublier quelqu’un qui est à vos côtés chaque jour, ce n’est pas si simple que ça, oh non ! En plus, il fallait que dans la majorité des cours, il soit à côté d’elle, malheureusement. C’était encore plus dur alors de l’ignorer puisqu’il sentait le regard de celle-ci sur lui et c’était dur de ne pas faire la même chose. De plus, ses notes baissèrent beaucoup. Il n’écoutait plus les professeurs, bon c’est vrai qu’avant il ne les écoutait pas non plus, mais il se forçait un peu pendant les examens, là il était presque à laisser la feuille blanche. Il essayait alors de tout son cœur de se concentrer sur quelque chose, il prenait alors des notes, comme ça il était concentré à écrire. Ça avait été une période très difficile. De plus, tous ses amis lui disaient d’aller parler avec Liliana pour régler ça, parce que tout le monde savait bien qu’il était fait l’un pour l’autre, mais Lorenzo était bien trop en colère pour aller lui parler. Et il savait bien que ce ne serait pas Liliana qui viendrait lui parler. Alors il savait très bien que c’était fini pour toujours eux. C’était fini avec sa Liliana, sa Liliana ne serait plus SA Liliana, elle serait Liliana tout simplement. Mais son cœur gardait son nom gravé à tout jamais et ne l’oublierait jamais au grand jamais. Lorenzo commençait à être un peu stressé d’entendre la réponse de Liliana à sa question. Après tout, c’était peut-être parce qu’elle voulait visiter San Francisco et qu’elle était tombé sur lui. Certes ça serait un peu étrange, mais ça pourrait arriver. Pourquoi il avait choisi San Francisco ? Tout simplement parce que c’est tellement beau, tellement loin de l’Italie et parce que Clémentina était à SF, donc il espérait bien la revoir. Mais, au lieu de trouver Clémentina, il trouve Liliana ce qui était pas mal inusité ! Mais, il se sentait bien tout de même, ça lui faisait un peu de bien de revoir Liliana, de la prendre dans ses bras. C’étaient comme s’il revenait trois ans en arrière et que rien ne c’était passé, mais sa mémoire gardait tout de même cette journée pas trop loin, pour ne pas l’oublier bien sûr ! Mais, Liliana dans les bras, c’était comme si tous ses sentiments de haine envers elle disparaissait. Il savait qu’il l’aimait toujours, mais il ne avait pas que c’était autant fort. Il savait tout de même qu’il la détestait… un peu. Mais comment ne pas détester quelqu’un qui vous a fait souffrir durant les trois dernières années ? Il savait que s’était tout simplement impossible mais aurait tout de même préféré ne pas avoir à ressentir ce sentiment envers une personne qu’il a tant aimé et qu’il aime toujours tant. Maintenant, il ne restait qu’à démontrer ses sentiments les plus forts à Liliana. Il ne pouvait pas faire comme s’il l’avait oublié puisque se n’était pas le cas. Il ne pouvait pas laisser as chance, aussi petite quelle soit, passer. Il devait tenter le tout pour le tout. Après tout, il ne pouvait pas être bien plus brisé qu’il y a trois ans, en fait c’est ce qu’il croit. Mais il ne pouvait vraiment pas faire comme si cette rencontre très inattendue ne ressorte aucuns sentiments en lui. Lorenzo avait tout de même prit un gros risque en lui demandant pourquoi elle était venue mais il fut tout de même content de sa réponse. Mais elle avait deux raisons et c’était plutôt étrange. Il n’avait jamais entendu dire que Liliana avait une sœur. Mais après avoir entendu dire qu’elle ne l’avait jamais vu, il se douta qu’elle ne le savait même pas auparavant. « Ahh… Tu as une sœur ? Depuis quand ?! » Après avoir répété dans sa tête les paroles qu’il venait de dire, il trouva que c’était un peu étrange. Depuis quand avait-elle une sœur, il aurait tout de même pu trouver une plus belle formulation de phrase pour lui demander quand l’a-telle appris ! Mais bon, quand il était surpris il avait de la difficulté à exprimer clairement ce qu’il voulait dire. Mais il savait bien que sa Liliana comprendrait. Ils avaient tellement été complice il y a de ça quoi trois ans ! Des paroles ne voulaient rien dire à comparer à ce qu’ils se disaient tout simplement en se regardant. Ce n’était pas tout le monde qui faisait ça et la majorité de ses amis ne concevaient pas qu’ils pouvaient se communiquer de cette manière, mais quand on est fait l’un pour l’autre, quand on a un coup de cœur pour une personne, quand on l’aime tellement c’est ça qui arrive. Mais même si Liliana avait répondu à sa question, il ne savait toujours pas si s’était pour avoir la conscience tranquille, pour s’excuser tout simplement, pour se remettre avec lui. Bref Lorenzo avait des tas d’hypothèses qui tournaient dans sa tête, mais préféra tout de même garder ses milliers de questions pour lui, pour le moment bien sûr ! Lorenzo fut tout de même étonné que Liliana ne lui demanda pas pourquoi il avait quitté l’Italie. Sa Liliana était de nature très très curieuse, mais peut-être que la Liliana d’aujourd’hui l’est moins. Certes il avait en effet quitté l’Italie vers San Francisco puisque s’était tellement loin de l’Italie et il était sûr que Liliana ne viendrait pas ici mais aussi parce qu’il savait que Clémentina était partie à San Francisco et il voulait la retrouvé pour savoir pourquoi elle avait quitté l’Italie et pour savoir si elle l’aimait autant que lui l’aime. Cette rencontre avec Clémentina fut des plus étranges puisque ce fut comme un second coup de cœur dans sa vie et normalement, enfin normalement oui, Lorenzo croyait qu’on ne pouvait qu’avoir un coup de cœur dans notre vie. Mais pour le moment, il préférait tout de même se concentrer sur Liliana, après s’était elle qui était avec lui en ce moment. Lorenzo espérait de tout cœur que Liliana ne reparte pas tout de suite. Comment pourrait-il être à nouveau séparé d’elle ? Comme une deuxième séparation, ça serait trop dur. Il ne se sentait tout simplement pas capable de la revoir partir à nouveau, il avait tout de même une limite à briser son cœur. Mais il savait bien qu’il ne devrait pas laisser aller ses sentiments à la première fois qu’il la revoyait, mais il l’aimait tant. Il faudrait avant qu’il lui pose des tas de questions, mais il n’était tout de même pas pour faire un interrogatoire à sa première rencontre avec Liliana depuis trois ans, à sa première rencontre depuis qu’elle l’a quittée. Beaucoup de gens après une séparation trouvent tout de même une autre personne pour la remplacer dans leur vie, des gens normaux, oui. Mais Lorenzo ne l’est pas et n’a pas pu être vraiment officiellement en couple. Certes il y avait eu Clémentina, mais il ne la voyait plus à présent, malheureusement. De plus, il y avait eu des tas de filles qui n’étaient que des histoires d’un soir, rien de plus donc il ne pouvait pas vraiment dire qu’il avait eu une petite amie mais il aurait bien aimé que ça aille plus loin avec Clémentina, mais ça n’avait pas été le cas. Alors lorsqu’il répondit à la question de Liliana, un peu n’importe quoi sortie de sa belle bouche. Mais bref, au moins un non avait réussi à se faire entendre. Un non ça voulait dire non peut importe les mots qui l’entoure ! Enfin, il le croyait bien. Lorenzo s’était montré un peu agressif parce qu’il n’était pas capable de cacher sa haine envers elle. Comment qu’aimer une personne qui vous a tant fait souffrir ? C’est impossible, mais là sa haine commençait à ressortir. Il avait changé certes, comme tout les gens après trois ans, mais avant il n’aurait jamais été agressif ou arrogant avec sa Liliana. Mais à présent, après toutes les épreuves qu’il avait vécues, il était comme ça. Il changeait d’humeur très facilement. Lorenzo se sentait un peu frustré. Certes elle pouvait bien le comprendre ce qu’il avait ressenti mais ce n’était pas elle qui s’était fait laissé par l’amour de sa vie. La fille qu’il voulait épouser et vivre avec jusqu’à son dernier souffle ! Lorenzo prit une longue respiration avant de répondre à Liliana pour se calmer un peu et prendre un ton un peu différent. « Ça n’aurait jamais été l’inverse ! Je ne suis pas naïf moi ! Si j’avais entendu ça de toi, je ne l’aurais pas cru et je serais venu te voir avant de te laisser ! » S’était à cent pour cent vrai ce qu’il venait de dire. Il n’aurait jamais laissé Liliana parce qu’il aurait entendu dire que peut-être que Liliana le trompait possiblement. Il serait allé lui parler tout simplement et ça se serait réglé en un clin d’œil. Mais dans le fond, il ne le savait pas. C’est vrai que si son meilleur ami depuis l’enfance lui avait dit ça, il l’aurait peut-être cru pendant un instant juste parce que ce n’était pas n’importe qui qui lui disait ça. Mais, il y a trois ans, il tenait bien plus à sa petite amie qu’à son meilleur ami. C’était le cas pour Liliana, c’était tout de même sa meilleure amie qui lui avait dit, donc il comprenait que quand sa meilleure amie vous dit quelque chose, normalement on l’écoute. Lorenzo la trouvait pourtant assez sympa cette fille. Elle était très gentille avec lui et maintenant il comprenait. Lorsqu’il était avec Liliana, lorsqu’il était plus jeune donc, les amis c’est très important alors quand vous êtes en couple vous ne voulez pas couper votre petite-amie de ses amies et vous essayez de bien vous entendre avec elles et de faire bonne impression pour qu’elles ne disent pas de mal de vous à votre petite-amie. Mais des fois, cette meilleure amie aime votre petit-ami alors ça mélange tout. Lorenzo en voulait tellement à cette fille, elle avait brisé son couple, et une partie de ça vie ! Elle n’était qu’une sale garce. Il ne pouvait tout simplement pas croire qu’il n’avait pas remarqué que cette fille n’arrêtait pas de lui tourner autour et qu’il ne s’en était pas rendu compte. Pourtant, en y repensant, c’était tellement logique qu’elle l’aime ! « Oui, en y repensant, ça se voyait tellement ! Je m’en veux tant, j’aurais dû le voir ! » Oh oui, Lorenzo s’en voulait tellement de ne pas l’avoir remarqué. Mais, il ne pouvait rien changer au passé. Il ne pouvait que décider le présent, et pour le moment il était bien. Il était bien dans les bras de Liliana, son contact physique lui avait tellement manqué. Ce qu’il ressentait en la prenant dans ses bras était tellement fort, s’était tout simplement inconcevable. À présent, Lorenzo n’avait plus aucunes larmes sur ses joues, mais il en voyait tout de même sur celles de Liliana et espérait que ce soit de joie, mais préféra tout de même les sécher du revers sa ses doigts. Lorenzo souriait aussi, il sentait, même s’il ne le voyait pas, qu’elle souriait aussi. Oh oui, trois ans, trois ans c’est long, il peut l’affirmer. « Trois ans, c’est bien trop long, je ne sais pas comment j’ai fait… » Non, ça il ne le savait pas, il ne savait pas comment il avait fait pour vivre sans elle durant ses trois dernières années, à y repenser, il ne savait pas comment il avait pu surmonter ça. C’était comme si ce n’était pas lui qui avait fait ça mais plutôt une autre personne et qu’il trouvait insurmontable. Mais en même temps, Lorenzo fut content et souria lorsque Liliana avait dis ça. Ça voulait dire qu’elle avait trouvé ça aussi long que lui. Mais il s’en était rendu compte au début, voyant toujours le numéro de Liliana affiché sur son cellulaire. Elle avait tellement appelé souvent, mais il se sentait alors incapable de lui parler, mais il était sûr à présent que ça lui aurait fait du bien. Lorenzo ne savait toujours pas comment lui dire, enfin lui démontré ses sentiments qui ressentait constamment envers elle. Pourquoi n’y avait-il pas de guide dans ce genre de situation ? Ça serait pourtant si facile s’il savait quoi faire, quoi dire. Mais au lieu de ça, il devait se contenter de suivre instinct. Mais des fois, quand on ne pense pas assez, on peut faire des choses qu’on regrette, mais pour le moment, Lorenzo se fichait de ce que ça allait faire, il pensait au présent et le présent c’était maintenant ! C’était comme s’il avait un peu pardonné, pas totalement, mais un peu à Liliana et on aurait dit que ça lui enlevait du poids des épaules. Il se sentait plus léger et plus heureux et c’est pourquoi il avait décidé que c’était le moment pour l’embrasser. Certes peut-être que ce n’était pas le moment pour elle, mais lui c’était le moment de lui révéler ses sentiments. Il savait bien qu’il aurait pu attendre, mais quand on aime quelqu’un, c’est comme ça. Il sentit tout de même de frissons lui parcourir le corps lorsque leurs lèvres se touchèrent et son cœur recommença à nouveau à battre très fort, ce qui était anormal pour lui, mais comme il le dit souvent, il n’est pas normal, il n’est pas comme tous les gens qui le regardent de leur banc. D’ailleurs, il ne pourrait pas regarder ailleurs ? Ils ne sont qu’un ancien couple qui se revoit depuis trois ans… Et lui, il l’aimait, il l’aimait tant même après trois ans. C’était comme si son amour envers elle n’avait fait que grandir malgré leur séparation, c’était étrange, mais c’était ce qui s’était passé, pour lui puisqu’il ne sait toujours pas pour Liliana. Ahh Liliana, sa Liliana, il pensait à elle à chaque seconde de son existence, mais ne pensait jamais la revoir, et voilà qu’elle était là. En fait, voilà qu’elle était là et qu’ils s’embrassaient. Ce fût Liliana qui arrêta leur baiser, mais Lorenzo s’en attendait tout de même, il doutait que Liliana ne serait pas comme lui, amoureux comme au premier jour et s’était une réaction plutôt normal. Mais, Lorenzo fût brisé par ce que venait de dire Liliana. Il n’était pas du genre à l’embrasser pour la faire souffrir, pour se venger ! Lorenzo ne savait quoi répondre à ça. Il l’aimait, mais il ne savait pas comment le dire. Pourtant, je t’aime est si simple, mais pour lui ce n’était pas si simple que ça. Il prit les mains de Liliana dans les siennes puis respira un grand coup pour ne pas se fâcher à nouveau et rester calme. « Je… je t’aurais jamais embrassé pour te faire souffrir… je t’aurais jamais embrassé si… » Est-ce qu’il devait le dire ? Est-ce qu’il devait le dire « si je ne t’aimais pas toujours ». Il ne savait pas quoi faire et pendant un instant des millions de questions tournèrent dans sa tête et des millions d’hypothèses aussi. S’il lui disait qu’il l’aimait toujours, qu’est-ce qui se passerait ? Et s’il ne lui disait pas ? Bref, il ne savait vraiment quoi faire, il l’aimait certes, mais il ne voulait pas être brisé une deuxième fois. Il ne voulait surtout pas que Liliana lui dise qu’elle ne l’aime pas autant que le premier jour puisque pour lui, c’est le cas. Il l’aime comme au premier jour, plus que jamais. Il l’aime plus qu’hier, mais moins que demain, ça c’est sûr ! Mais l’amour, c’est si compliqué ! Mais Lorenzo comprenait quand même Liliana de se demander pourquoi il avait fait ça, il avait été hésitant lorsqu’elle lui avait demandé elle aussi s’il avait une petite-amie. Mais il avait dit non, ce qui était vrai. Mais il ne savait pas si la question était au présent, ou ses trois dernières années. Il ne savait pas s’il pouvait dire qu’il avait été avec Clémentina. Certes, il l’avait aimé, mais pouvait-il vraiment dire qu’ils avaient été un couple ? En regardant Liliana dans les yeux, étant incapable de s’en détacher, il vit qu’elle regrettait ce qu’elle venait de dire. Lorenzo aurait tant aimé dire quelque chose pour la réconforter, mais il en fût incapable. Il ne regrettait vraiment pas de l’avoir embrassé, ça non ! Lorenzo vit Liliana tourné son regard pour regarder les gens autour. Il se fichait bien de ce qu’ils pouvaient bien tous penser, mais aurait bien aimé qu’il regarde ailleurs, comme pour avoir un peu d’intimité. Lorenzo ria intérieurement en voyant la technique de Liliana pour éloigner les gens et avoir un banc libre. Lorenzo sentit la main de Liliana dans la sienne le pousser vers un banc, pour s’asseoir. Il n’avait toujours pas fini sa phrase de tantôt, mais préférait la garder pour plus tard. Il ne trouva tout simplement pas le courage pour la finir, pour le moment…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
E. Liliana Mancini

avatar

Féminin Messages : 179
Date de naissance : 27/11/1995
Date d'inscription : 18/06/2010
Age : 23
JUKEBOX : beautiful people - chrisbrown.
PSEUDO : senseless.
CREDITS : t'a qu'à lire.

HEY SOUL SISTER !
♣ carnet d'adresse
:
♣ j'suis plutôt ...: FUCKED

MessageSujet: Re: « and i love you more than i did before » ♥   Jeu 12 Aoû - 0:13

    On raconte souvent aux petites filles que plus tard, quand elles vivront une situation compliquée, un prince charmant, sur son beau cheval blanc galoperait pour les aider. Je vous l’ai dit, je ne suis pas comme tout le monde, donc pour faire dans l’original, je n’y ai pas cru. Les princes c’était quand mes parents étaient tous petits, ils n’existaient plus à notre époque. J’étais bornée et je ne voulais absolument pas y croire jusqu’au moment où un jour, pendant le cour de sport, plus particulièrement pendant une séance de volley-ball, je réalisais qu’enfaite les princes charmants existaient encore et devinez c’était qui le mien ? Pff, vous êtes nuls. C’était Lorenzo, bon, je vous raconte. Je détestais le volley, je redoutais plus que tout le jour où on avait ce loisir, la plus part du temps, quand notre prof ne me voyait pas je me mettais en retrait où je m’asseyais carrément sur le banc d’attente. Mais ce jour, ce mercredi trois novembre précisément, le prof m’obligea à jouer contre mon gré, j’esquivais au maximum les passes de mes partenaires et à cause de ça tout les points revenaient à l’équipe adverses, bah quoi ? Je ne sais pas jouer, elles n’avaient qu’à pas me faire des passes. Après trente minutes de jeu, je reçu un ballon de basket en pleine tronche –le terrain était assez grand pour que les filles jouaient au volley et les garçons au basket- oui un ballon de basket, j’ai eu très très mal, vous vous imaginez peut être pas mais, c’est lourd un ballon de basket ! Je crois que je suis tombé dans les pommes après vu que je ne me souviens de plus rien, ah si ! J’étais par terre, à mon avis avec un gros bleu sur la tête parce que tout le monde faisais voir mon front du doigt et il était au dessus de moi, en train de s’excuser et de me demander si j’avais mal –car oui c’est bien Lorenzo le responsable de ça- si il devait demandé au prof de me m’emmener à l’hôpital.. Et je peux vous dire qu’à ce moment, j’ai cru au prince charmant, de puis ce temps là, j’étais tombé amoureuse de lui mais, pendant un moment je n’avais en aucun cas osé lui avouer, mes amies arrêtaient pas de me dire « nan mais si tu l’aime, va le voir au lieu de rester comme une conne, parce que sinon il aura une autre nana et tu sera dégoutée » J’avoue que j’aurais été dégoutée mais, malgré ça je ne suis pourtant pas allé le voir, c’est plutôt lui qui est venu.. Et vous pouvez vous doutez que après ça, nous sommes sortis ensemble. Mais, cette belle idylle n’a pas duré trop longtemps, tout ça à cause de cette rumeur ! Ne parlons plus de ça, j’ai qu’une envie maintenant c’est d’oublier ça, donc chut !
    Maintenant, je suis en face de lui et je dois avouer que quand je l’ai vu, j’ai eu une très drôle sensation, je ne serais pas la définir mais, c’était vraiment bizarre, une sensation que je n’avais jamais eu jusqu’à présent. Peut être que c’était de la surprise & de la joie, ou bien de la colère & de la joie, franchement je ne sais pas.. Pourquoi de la surprise ? Tout simplement parce que je m’y attendais vraiment pas qu’il me prenne dans ses bras, qu’il pleure et encore moins qu’il m’embrasse quoi, j’aurais jamais cru dès la première rencontre, en faite, j’y croyais plus du tout mais, je ne vais pas mentir en disant que je n’ai pas aimé, parce que j’ai vraiment aimé ça, ça m’avait tellement manqué ! J’étais bien, j’étais dans ma petite bulle, la seule chose qui me dérangerais en cde moment c’était tous ces gens qui nous regardaient, non, fixaient c’est mieux. Ils n’ont pas honte ceux-là ? Depuis quand on fixe des gens comme ça ? Ils se croivent au cinéma, je crois qu’ils ont jamais appris la politesse eux, je vais leur apprendre à coup de pied dans les fesses moi ! Ils vont comprendre vite fait bien fait. Bon, je sais, ce n’est pas une scène qu’on voit tout les jours mais quand même, ils ne devraient pas relooker comme ça !
    Comment Lorenzo m’avait manqué, c’est dingue ! C’est en le regardant que je me rends compte à quel point il m’avait manqué, c’est sûr que je n’arrêtais pas de penser à lui durant ces trois ans mais, jamais je n’aurais cru qu’il allait me manquer à ce point, on lui avait conseillé de l’oublier et tout le barda, mais c’était complètement impossible, comment voulez-vous oublier votre premier amour ? Pour moi, c’était impossible et maintenant ça l’es encore plus. Quand il apprit que j’avais une sœur, vu sa réaction je me rappelais désormais que je ne lui avais pas dit, enfin, faut dire que je n’ai pas pu, je l’ai appris quand on avait déjà rompu.. « Oui j’en ai une, ben je l’ai appris il doit avoir un an et demi, mais je ne l’ai jamais vu et comme elle habite ici, j’espère la trouver un jour. » La trouver un jour, d’abord faut que je trouve à quoi elle ressemble, on m’a dit que c’était ma jumelle, ouais, jumelle ça va être un peu plus facile à trouver mais bon, ils auraient été sympas de me donner son adresse directement au lieu de me faire chercher comme une folle et si ça se trouve elle n’habite plus ici. Le pire c’est que je ne sais même pas comment elle s’appelle, même ça je sais pas, donc pour vous dire.. J’espère juste qu’un jour, je tomberais sur elle par pur hasard, parce que franchement je commence à perdre un peu d’espoir.. Pour l’instant comme je suis avec Lorenzo, la chasse à la sœur jumelle attendra un peu, je suis tellement contente de l’avoir retrouvé, alors je ne vais pas partir maintenant à la recherche de ma sœur. J’étais soulagée qu’il n’était avec personne, parce que si sa aurait été l’inverse, je serais pire que dégoutée, je n’étais pas venue ici pour qu’il me dise que lui avait réussi à se refaire une nouvelle vie, qu’il était avec quelqu’un et tout ça mais, je m’étais un peu préparé pour ce cas-là, heureusement qu’il n’a personne. Ce qu’il venait de dire me brisa un peu, je le connais, je sais qu’il s’emporte très vite et qu’il dit parfois des mots qu’il regrette aussitôt mais, cette phrase m’a vraiment brisé, c’est vrai que j’étais très naïve à l’époque, croyant que tout le monde était sincère, tout le monde était gentils et beaux, au bout de trois ans j’ai changé et ce défaut n’existe plus même si désormais c’est trop tard.. « On va parler de ça longtemps, je ne vois pas à quoi sa sert de s’engeuler pour ça, de toute façon ce qui est fait est fait, on peut rien y faire malheureusement. » C’est vrai, je n’avais absolument pas envie de me disputer avec lui pour une chose qui fait parti à présent du passé et c’est vrai que j’ai été naïve mais bon, maintenant que c’est fait, on en parle plus, on oublie, on fait comme si ça n’avait jamais existé, même si à mon avis ça sera dur de faire comme si ça n’avait jamais existé. C’est pas de ma faute si j’ai cru ma meilleure amie, cette fille je la connaissait depuis les bacs à sable, je lui faisais confiance alors quand elle m’a dit ça, je l’ai cru, je l’avoue j’ai eu une petite hésitation mais, je l’ai cru quand même peut être que Lorenzo aussi aurait cru son meilleur ami.. Je veux juste plus en parler, ça m’a trop fait souffrir auparavant, je n’ai plus envie de souffrir là, STOP ! « Ca sautait aux yeux même ! Mais t’a pas à t’en vouloir, ce n’est pas de ta faute si tu lui plaisais, c’est moi qui m’en veux de l’avoir cru. » C’est vrai, lui, il ne devait pas s’en vouloir, il n’a rien fait de mal, c’est pas de sa faute si mon ex meilleure amie est tombé sous son charme, la seule personne dans l’histoire qui doit s’en vouloir c’est bien moi et juste moi, personne d’autre. La haine que j’avais envers moi-même c’était évaporé pour laissé place à la joie, j’étais heureuse d’être dans les bras de Lorenzo, ça m’avait terriblement manqué tout ça, tout ces contacts physique. Je souriais toute seule comme une handicapée, j’étais heureuse voilà tout. « Beaucoup trop long même. Pareil, je ne sais vraiment pas comment j’ai fais pour pas mourir d’ennui. » C’est une bonne question ça, comment j’ai fais pour ne pas mourir d’ennui ? Bonne question, car je suis même étonnée d’y avoir survécu, je crois bien que si j’aurais du attendre encore un an, j’aurais pas tenu, je crois pas non.. C’était limite si je devenais parano là, alors tenir encore un an de plus, je n’imagine même pas, alors là pas du tout ! Quand il m’embrassa j’étais quand même choquée, bien qu’heureuse mais, choquée quand même, faut dire que je m’y attendais pas du tout et après ça, je voulais savoir pourquoi il avait fait ça, je voulais juste être sur que c’était sérieux et qu’il n’avait pas fait ça pour me faire souffrir ensuite et, sa réponse m’intrigua un peu, de nature assez curieuse, je voulais absolument savoir ce qu’il voulait dire avant qu’il ne coupe sa phrase. « Si.. ? Désolée, tu me connais, je suis curieuse et là je veux savoir à moins que ce soit trop indiscret. » J’étouffais un rire léger, je voulais absolument savoir, c’est comme ça et je vais pas lâcher l’affaire de sitôt, quand on fini pas des phrases ça m’intrigue toujours, c’est pas de ma faute, je suis née comme ça. Les gens, ils commençaient vraiment à me les casser là, malgré que je regardais Lorenzo, je sentais qu’on me regarder et je hais avoir cette sensation là, alors, je détourna mon regard et fixa deux personnes qui étaient assise sur un banc, je commençais à avoir mal aux jambes et je voulais m’asseoir et pour avoir un banc libre j’avais une méthode, je fixais les deux personnes et leur fis une étrange grimace, ils me fixaient pendant un moment, puis se levèrent et partirent, ah, ma méthode elle marche à tout les coups, ils ont tous peur de mes grimaces hihi. Je pris la main de Lorenzo et l’emmenait vers le banc, une fois assis, mon côté chieuse repris le dessus, je n’allais pas laisser tomber, je voulais absolument savoir ce qu’il voulait dire avant de stopper sa phrase. « Steuplait dis, tu voulais dire quoi après ton si.. ? » Je le regardais en souriant, bon après s’il ne voulait pas le dire, OK, j’allais peut être laissé tomber, mais, pour le moment je voulais savoir savoir et savoir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « and i love you more than i did before » ♥   

Revenir en haut Aller en bas
 
« and i love you more than i did before » ♥
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Love me tender
» [O'Faolain, Nuala] Best Love Rosie
» [Film] Love Actually
» [Malte, Marcus] Garden of love
» "A swedish love story"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FAKE TALES OF SAN FRANCISCO. :: RUSSIAN HILL :: ✔ RUSSIAN HILL OPEN SPACE-
Sauter vers: